Menace terroriste en France : Marc Trevidic plus alarmiste que jamais | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Menace terroriste en France : Marc Trevidic plus alarmiste que jamais
©Reuters Pictures

Inquiétant

Menace terroriste en France : Marc Trevidic plus alarmiste que jamais

"Plein d'actions sont menées pendant que l'on prépare quelque chose de plus gros", prévient l'ancien juge antiterroriste.

L'ancien juge antiterroriste était interrogé par France inter ce jeudi, alors que trois mineurs âgés de 15 ans soupçonnées de préparer des attentats ont été interpellés cette semaine. Les trois adolescents suivaient sur internet le Français Rachid Kassim, un propagandiste de l'Etat islamique qui organisait des attentats en France. Selon Marc Trevidic, "Il ne faut pas croire qu'il n'y a que des femmes et des enfants", et "plein d'actions sont menées pendant que l'on prépare quelque chose de plus gros". 

"Ils sont plus fragiles, ils sont très liés à l'entourage de Kermiche (un des deux auteurs de la tuerie de Saint-Etienne-du-Rouvray), mais il ne faut pas croire qu'il n'y a que des femmes et des enfants. C'est une possibilité pour eux d'occuper le terrain, mais cela ne veut pas dire qu'ils n'aient pas des gens beaucoup plus professionnels qui préparent des choses beaucoup plus graves", s'est inquiété l'ancien juge antiterroriste. 

Quant à l'évolution des femmes djihadistes qui se rendent en Syrie, Marc Trevidic observe : "Elles étaient derrière un écran d'ordinateur, elles rendaient des services, scrutaient les sites Internet. Là, on accepte qu'elles aillent sur le terrain. On actionne énormément de monde sur Internet, on leur donne le feu vert parce qu'on veut occuper le terrain. Plein d'actions sont menées pendant que l'on prépare quelque chose de plus gros".

"On va avoir dans les deux, trois ans, avec la perte du territoire syrien par l'État islamique et irakien, des rentrées massives de djihadistes en Europe. On mettra cinq, six ans à les gérer. Il faut prendre des mesures de sécurité, des réflexes", a-t-il également prévenu. 

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !