Mehdi Nemmouche, geôlier des otages français en Syrie : Nicolas Hénin témoigne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Mehdi Nemmouche aurait été le gardien des otages en Syrie
Mehdi Nemmouche aurait été le gardien des otages en Syrie
©Capture d'écran

Révélations

Mehdi Nemmouche, geôlier des otages français en Syrie : Nicolas Hénin témoigne

Selon des informations du Monde, l'auteur présumé de la tuerie de Bruxelles aurait également été l'un des gardiens de l'ancien otage américain James Foley, égorgé et décapité, le 20 août, par l'Etat islamique.

L'information fait l'effet d'une bombe. Selon Le Monde, Mehdi Nemmouche, l'auteur présumé de la tuerie du Musée juif de Bruxelles qui a fait quatre morts le 24 mai, aurait été l'un des geôliers des otages occidentaux détenus par l'organisation islamiste en Syrie.  Plus précisément selon le journal du soir, une telle information aurait été transmise par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) à la section antiterroriste du parquet de Paris. Les autorités s'appuieraient, entre autres, sur des témoignages d'anciens otages français libérés le 20 avril dernier.

Les souvenirs des personnes interrogées ne sont pas identiques, écrit Le Monde. Si certains évoquent "une possibilité", d'autres affichent une plus grande certitude. Mais poursuit le quotidien, "ces différents degrés d'appréciation n'ont, semble-t-il, pas été un obstacle à la transmission de ces soupçons à l'institution judiciaire par le service de renseignement". Le journal  croit savoir aussi que Mehdi Nemmouche aurait également été  un des gardiens de l'ancien otage américain James Foley, égorgé et décapité, le 20 août, par l'Etat islamique. Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, sans entrer dans les détails, a confirmé que les services avaient "transmis à la justice des éléments laissant à penser qu'il (Nemmouche) aurait pu être le geôlier de nos otages" (...) "dès que nous les avons eus". "C'est à la justice de faire son travail. Ce funeste personnage doit être jugé, il le sera," a poursuivi le ministre.

Mehdi Nemmouche aurait donc été sur les lieux de détention, en Syrie, des quatre journalistes français, Didier François, Edouard Elias, Pierre Torres et Nicolas Hénin, enlevés en juin 2013. Une information confirmée par le témoignage de ce dernier dans Le Point. Le journaliste Nicolas Hénin raconte en effet dans le prochain numéro de l'hebdomadaire comment, entre juillet et décembre 2013, Medhi Nemmouche s'est "occupé" de lui et des autres otages occidentaux en Syrie.

Si Le Point explique qu'à l'origine "cette information devait rester secrète pour ne pas mettre en danger la vingtaine d'otages occidentaux encore détenus en Syrie par l'État islamique, dont les Américains James Foley et Steven Sotloff, assassinés il y a quelques jours", les révélations du Monde ont changé la donne. C'est pourquoi ce samedi, un court extrait du témoignage de Nicolas Hénin est publié. Le voici : "Quand Nemmouche ne chantait pas, il torturait. Il était membre d'un petit groupe de Français dont la venue terrorisait la cinquantaine de prisonniers syriens détenus dans les cellules voisines. Chaque soir, les coups commençaient à pleuvoir dans la salle dans laquelle j'avais moi-même été interrogé. La torture durait toute la nuit, jusqu'à la prière de l'aube. Aux hurlements des prisonniers répondaient parfois des glapissements en français." Sordide. 

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !