Mediator : Jacques Servier "s'en fout du procès" qui s'ouvre la semaine prochaine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Jacques Servier "s'en fout" de son procès.
Jacques Servier "s'en fout" de son procès.
©Reuters

Polémique

Mediator : Jacques Servier "s'en fout du procès" qui s'ouvre la semaine prochaine

Le patron du laboratoire a assuré se "foutre du procès" devant les caméras de BFM TV.

Jacques Servier aime les phrases chocs. Le patron du laboratoire pharmaceutique a en effet déclaré devant les caméras de la chaîne de télévision BFM TV : "On s'en fout du procès". Le groupe, qui doit passer en justice la semaine prochaine dans l'affaire du Mediator, a déjà assuré dans un communiqué que "les propos de Servier ne représentent évidemment ni la position du groupe de recherche Servier ni le sentiment personnel de Monsieur" assurant qu'ils ont été recueillis dans "des conditions qui ont provoqué sa peur".

Pour rappel, le Mediator est un médicament qui a été commercialisé l'année 1976 et qui était destiné aux diabétiques en surpoids tout en étant prescrit comme coupe-faim.

Il a été suspendu dès novembre 2009 en raison des risques cardiaques qu'ils provoquaient chez les patients avant d'être retiré du marché dès le mois de juillet 2010 suite à une étude de l'agence française du médicament montrant que le Mediator avait tué entre 500 et 2 000 personnes depuis sa commercialisation il y a 36 ans. Quant à la revue spécialisée Pharmacoepidemiology & Drug Safety, elle fait état dans une étude parue au mois de février 2012 de 3 100 hospitalisations et de près de 1 300 décès par valvulopathie.

Pour le procès, les juges devraient toutefois s'appuyer sur le rapport d'experts qu'ils ont commandé et qui évalue pour les valvulopathies, les décès à court terme entre 220 et 300, les décès à long terme entre 1 300 et 1 800 et les hospitalisations pour insuffisance valvaire entre 3 100 et 4 200. La stratégie de dissimulation du laboratoire Servier est également pointée du doigt par le rapport qui estime que le médicament aurait dû être retiré de la vente entre 1998 et 2003.

Lu sur Europe1.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !