Massacre de chrétiens au Nigéria : ce n'est pas juste un chiffre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Massacre de chrétiens au Nigéria : ce n'est pas
juste un chiffre
©

Persécutions

Massacre de chrétiens au Nigéria : ce n'est pas juste un chiffre

De nouvelles explosions et des tirs ont été entendus dans la nuit de lundi à mardi dans la ville de Kano, à majorité musulmane. Le bilan s'élève à plus de 250 morts depuis le début de l'année.

De nouvelles explosions et fusillades entendues lors d'une opération de l'armée mardi contre des membres présumés du groupe islamique Boko Haram à Kano ont semé la panique dans cette ville du Nord du Nigeria, après les attaques qui ont fait 185 morts vendredi.

Selon l'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch, les attentats revendiqués par Boko Haram ont fait au moins 935 morts au Nigeria depuis que le groupe islamiste y a lancé une campagne de violences en 2009. Depuis le début de cette année, plus de 250 personnes ont été tuées, dont 185 la semaine dernière à Kano, le bilan le plus lourd des attaques lancées jusqu'à présent, ajoute HRW dans un communiqué.

Des habitants de Kano ont indiqué avoir entendu des tirs pendant plusieurs heures dans la nuit de lundi à mardi, dans un quartier proche d'un poste de police de Kano, la grande métropole du Nord musulman, peuplée de 4,5 millions d'habitants.

Selon un témoin, un grand nombre de militaires et de forces de sécurité ont encerclé une maison soupçonnée abriter des combattants de Boko Haram, peu après minuit. Ils ont ouvert le feu, les suspects ont répliqué. Les échanges de tirs ont duré quatre heures et demie. Au moins deux personnes ont été tuées.

Le président Goodluck Jonathan, confronté à la plus grave crise qu'il ait connue depuis son accession au pouvoir il y a neuf mois, a promis de renforcer la sécurité dans le pays, par ailleurs touché par un mécontentement social croissant. Le président Jonathan a imposé l'état d'urgence dans plusieurs régions du Nord du Nigeria le 31 décembre à la suite d'une vague de violences, mais Kano n'est pas concernée par cette mesure.

Les attaques attribuées à ce groupe, qui a notamment revendiqué des attentats meurtriers le jour de Noël ayant fait 49 morts, se sont multipliées ces dernières semaines dans le Nord du pays, à la fois contre des chrétiens et les forces de l'ordre.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !