Maroc : une découverte capitale repousse de 100 000 ans l'âge des premiers Homo sapiens | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Maroc : une découverte capitale repousse de 100 000 ans l'âge des premiers Homo sapiens
©REUTERS/Shannon Stapleton

Historique

Maroc : une découverte capitale repousse de 100 000 ans l'âge des premiers Homo sapiens

Sur le site de Jebel Irhoud, situé entre Marrakech et la côte atlantique, les paléoanthropologues ont mis à jour les restes de 22 fossiles.

Au terme de fouilles effectuées sur le site de Jebel Irhoud, situé entre Marrakech et la côte atlantique, des paléoanthropologues ont découvert des restes d'Homo sapiens datés de 300 000 ans, repoussant ainsi de 100 000 ans l'âge de notre espèce. 

"Cette découverte représente la racine même de notre espèce, l'Homo sapiens le plus vieux jamais trouvé en Afrique ou ailleurs", explique à l'AFP le Français Jean-Jacques Hublin, directeur du département d'Evolution humaine à l'Institut Max Planck de Leipzig (Allemagne) et coauteur des travaux.

>>>> À lire aussi : Les dents de la terre : ces fossiles qui bouleversent ce que nous savions de la conquête de la planète par l’Homo Sapiens

"Le nid de restes humains", "dont des découvertes tout à fait remarquables, notamment une face humaine et une mandibule, probablement la plus belle mandibule d'Homo sapiens d'Afrique" a été découvert lors de fouilles entreprises en 2004 sur le site de Jbel Irhoud dans le nord-ouest du Maroc.

"Jusque-là, les restes les plus anciens d'Homo Sapiens exhumés en Ethiopie remontaient à 200 000 ans", explique Jean-Jacques Hublin.

"On s'éloigne de plus en plus de cette vision linéaire de l'évolution humaine avec une succession d'espèces qui viennent les unes au bout des autres", ajoute-t-il. 

 

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !