Maroc : deux homosexuels violemment agressés dans leur appartement, quatre mois ferme pour la victime | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Maroc : deux homosexuels violemment agressés dans leur appartement, quatre mois ferme pour la victime
©

Homophobie

Maroc : deux homosexuels violemment agressés dans leur appartement, quatre mois ferme pour la victime

Un seul agresseur a pour l'heure été condamné, à un mois de réclusion.

Le 25 mars dernier, une vidéo postée sur Internet fait rapidement le tour des réseaux sociaux et scandalise. A Beni Mellal, une ville du centre du Maroc, deux hommes, Abdelaziz R. et Abdellah B, accusés par leurs bourreaux d'être homosexuels, sont violemment agressé dans leur appartement par plusieurs jeunes. La scène s'est déroulée le 9 mars dernier et a été filmée à l’aide d’un téléphone portable par un des agresseurs. Mais le calvaire des agressés ne va pas s’arrêter là.   

L’un des victimes a besoin de soins et se rend à l'hôpital. Il est alors arrêté par la police pour "état d'ivresse". La consommation d'alcool est illégale au Maroc, réservée légalement aux non-musulmans. En garde à vue, il dénonce alors ses agresseurs mais aggrave son cas. L'homosexualité est en effet interdite dans le pays. Il est inculpé non seulement pour homosexualité, mais aussi pour "coups et blessures", la légitime défense n'ayant pas été prise en compte. Il sera condamné à quatre mois de prison.

Quatre des agresseurs présumés sont identifiés. L'un d'entre eux est condamné…à deux mois de prison. L’affaire fait grand bruit. Citée par Metronews, Betty Lachgar, co-fondatrice du Mouvement Alternatif pour les Libertés Individuelles, explique : "Nous sommes dans une société très conservatrice où le poids du religieux est très important.. On observe une vraie régression concernant les libertés individuelles et donc sexuelles."

Lu sur Metronews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !