Marion Maréchal-Le Pen : "Mon départ n'est ni une rupture ni une provocation" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Marion Maréchal-Le Pen : "Mon départ n'est ni une rupture ni une provocation"
©Natalia KOLESNIKOVA / AFP

Ce n'est qu'un au revoir...

Marion Maréchal-Le Pen : "Mon départ n'est ni une rupture ni une provocation"

La députée a publié un long message sur Twitter à destination des sympathisants FN.

Un petit mandat et puis s'en va. Marion Maréchal-Le Pen raccroche la politique, au moins pour un temps, comme elle l'explique dans une lettre aux militants et sympathisants, publiée sur Twitter, ce mercredi.

Elle évoque d'abord deux raisons personnelles. "J'ai beaucoup manqué à ma petite fille dans ses premières années si précieuses. Elle m'a aussi terriblement manqué", souligne la jeune femme, mère d'un enfant de trois ans. Autre raison de ce retrait : "J'aime le monde de l'entreprise, je n'ai jamais cessé de le défendre durant mon mandat et j'aspire aujourd'hui à y travailler."

Restent les raisons politiques, qu'elle évoque par la suite. "J'ai été élue très jeune, j'ai été préservée de certaines de vos difficultés et de vos inquiétudes", souligne la jeune femme 27 ans. "L'idée que je me fais d'un bon chef politique impose que je bénéficie d'autres expériences que celles du succès électoral ou politique." Elle précise que ce retrait n'est pas définitif, bien qu'un retour programmé ne soit pas à l'ordre du jour. "Mon départ n'est ni une rupture ni une provocation. Je suis convaincue que les députés FN et leurs alliés de DLF seront les plus efficaces pour contrer la politique néfaste d'Emmanuel Macron et de ses alliés socialistes."

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !