Mario Draghi explose ses détracteurs allemands en les attaquant de front | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Mario Draghi explose ses détracteurs allemands en les attaquant de front
©

BCE en folie

Mario Draghi explose ses détracteurs allemands en les attaquant de front

En guise de vœux pour cette année 2016, Mario Draghi prononçait un discours à charge contre les critiques formulées à l'égard de la nouvelle politique menée par la BCE.

Quelques jours après sa première conférence de presse de l'année 2016, Mario Draghi tenait un discours, le 25 janvier au soir à Eishborn, à l'occasion des vœux organisées par le Groupe Deutsche Börse. Et les opposants, nombreux en Allemagne, à la politique monétaire expansionniste menée par le Président de la Banque centrale européenne en ont largement fait les frais.

En effet, alors que le ton habituel des banquiers centraux se caractérise par une grande mesure, Mario Draghi n'a pas senti le besoin de mâcher ses mots. Et ce, malgré un public peu favorable. En effet, suite à la mise en place du plan d'assouplissement quantitatif européen, annoncé en janvier 2015, les critiques faites à l'encontre de la nouvelle politique de relance de la BCE ont été nombreuses outre Rhin. Mario Draghi répond sèchement :

"Au cours de ces dernières années, certains commentateurs ont soutenu que notre politique provoquerait une inflation galopante. Ce qui n'a pas été le cas. D'autres ont averti que nous nous exposions à de lourdes pertes en élargissant notre bilan et en acceptant des collatéraux de moindre qualité. En réalité, nous n'avons pas eu la moindre perte. Puis, les mêmes autorités ont prétendu que notre politique était illégale. Or, la Cour de Justice européenne les a contredits. Maintenant, ils nous avertissent des effets secondaires et des risques de nos actes.

Mais je ne les ai jamais entendu parler des risques que nous prendrions à ne rien faire. Et de ce que cela pourrait signifier pour notre mandat de stabilité des prix, pour la croissance et pour l'emploi, et finalement, pour l'avenir de l'union monétaire ? Ces questions représentent, selon moi, les vrais risques qui nous concernent. Et la trajectoire que prend notre politique monétaire est, en ce sens, une trajectoire vers la réduction de ces risques.

La Banque centrale européenne contribue à sécuriser la reprise cyclique en remplissant notre mandat de stabilité des prix. Et les préoccupations relatives à notre politique monétaire ne résistent pas à l'examen. Plusieurs fois, les critiques faites à nos décisions se sont révélées fausses. La BCE a agi indépendamment du système politique, et ce, pour le bien de la zone euro dans son ensemble."

En place depuis la fin 2011, Mario Draghi a su changer fondamentalement l'approche monétaire de la BCE, et ce, malgré un climat lui étant largement défavorable au sein de la plus grande économie du continent. 

A LIRE AUSSI : Mario Draghi cache-t-il un coup d'État de la BCE derrière le sauvetage de la zone euro ?

BCE

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !