Marine Le Pen menace de poursuivre en diffamation tous ceux qui reprendraient ses propos sur François Fillon tels que les rapporte le Corriere Della Serra | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Marine Le Pen menace de poursuivre en diffamation tous ceux qui reprendraient ses propos sur François Fillon tels que les rapporte le Corriere Della Serra
©Reuters

En roue libre

Marine Le Pen menace de poursuivre en diffamation tous ceux qui reprendraient ses propos sur François Fillon tels que les rapporte le Corriere Della Serra

Si l'entourage de la candidate dément, le journaliste italien a quant à lui confirmé les propos tenus par Marine Le Pen.

Mise à jour 18h40

A deux jours du second tour de l'élection présidentielle, Marine Le Pen a évoqué sans détour ses adversaires dans un entretien accordé au Corriere della Sera, au premier rang desquels François Fillon.

Selon le journal italien, Marine Le Pen a traité de "merde" l'ancien candidat des Républicains, en réponse à cette question du journaliste : "François Fillon a appelé à voter pour votre adversaire [Emmanuel Macron], il a parlé de la 'violence et de l’intolérance du Front national'. Pourquoi ?".

La candidate du Front national aurait alors "explosé", avant de répondre : "Parce que ce sont des merdes, je suis désolée, mais aucun autre terme ne me vient à l’esprit". 

Si l'entourage de la candidate dément et menace de porter plainte pour diffamation, le journaliste italien a quant à lui confirmé les propos tenus par Marine Le Pen : "Je ne peux que confirmer ce que j’ai écrit. Elle a dit ce sont des merdes. J’ai fait mon travail (…) Elle parlait de François Fillon, pas de ses électeurs", certifie le journaliste Aldo Cazzulo auprès de l’AFP.

>>>> A lire aussi : Débat présidentiel : ce que disent d'eux les mots employés par Emmanuel Macron et Marine Le Pen

Lors de cet entretien, Marine Le pen a également évoqué son adversaire du second tour, Emmanuel Macron : "Il est froid, rigide, cynique, estime-t-elle. Il ne connaît pas la France, ne la sent pas, ne la comprend pas (…) Quel homme arrogant. Mal élevé. Il m’a dit dix fois que je disais des 'bêtises' et 'des grosses bêtises'. Comment peut-il se permettre cela ?". 

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !