Marine Le Pen demande l'expulsion des étrangers fichés pour leurs liens avec l'islam radical | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Marine Le Pen demande l'expulsion des étrangers fichés pour leurs liens avec l'islam radical
©

Aux grands maux

Marine Le Pen demande l'expulsion des étrangers fichés pour leurs liens avec l'islam radical

La présidente du Front national demande dans un communiqué que "les étrangers connus pour leurs liens avec l'islamisme radical ne soient désormais plus simplement fichés, mais qu'ils soient immédiatement expulsés du territoire français".

Marine Le Pen a réagit ce dimanche à l'attaque ménée vendredi dans le Thalys Amsterdam-Paris par un ressortissant marocain. L'homme était connu de plusieurs services de renseignements pour pour ses sympathies islamistes et faisait l'objet d'une fiche "S", qui désigne les personnes potentiellement menaçantes pour la "sûreté de l'État".

"On constate malheureusement les très grandes faiblesses du fichage pour renseignement. Ce dispositif est défaillant parce qu'il s'interdit les vraies questions: pourquoi donc la France accepte-t-elle sur son territoire national un ressortissant étranger dont elle sait pourtant qu'il est potentiellement dangereux et lié à une idéologie meurtrière ?", s'interroge la présidente du Front national dans un communiqué.

Marine Le Pen "demande que les étrangers connus pour leurs liens avec l'islamisme radical ne soient désormais plus simplement fichés, mais qu'ils soient immédiatement expulsés du territoire français s'ils vivent en France, et dans tous les cas interdits de territoire".

Elle ajoute que "cette mesure doit être décidée le plus rapidement possible, et s'accompagner de la remise en place de nos frontières nationales pour être parfaitement efficace".

La classe S désigne les personnes susceptibles de porter atteinte à la sûreté de l'État, rappelle Sud-Ouest. Elle peut désigner certains hooligans, des activistes d'extrême droite ou encore des islamistes radicaux. Cette dernière catégorie comptait 5 000 noms en 2012 dans le fichier S. Il est probable qu'aujourd'hui ce chiffre soit très largement supérieur, écrit le journal.

Lu dans Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !