Marine Le Pen : "le front républicain est mort", affirme la patronne du FN | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Marine Le Pen, dimanche à Marseille.
Marine Le Pen, dimanche à Marseille.
©Reuters

Confiante

Marine Le Pen : "le front républicain est mort", affirme la patronne du FN

Dimanche, Marine le Pen a clôturé l'université d'été du Front national en affirmant notamment que son parti est désormais "incontournable".

>>>> Sur le même sujet : Université d'été du FN : Marine Le Pen fait sa rentrée à Marseille

Dimanche, Marine Le Pen a clôturé l'université d'été du Front national devant une salle bondée de 4 500 militants. Dopée par des sondages favorables et les divisions au sein de l'UMP, elle a distillé pendant plus d'une heure les grandes lignes de son programme, surfant sur les thèmes récurrents du parti frontiste : immigration, sécurité, ou encore souveraineté.

Lors de ce discours aux accents de meeting présidentiel, Marine Le Pen est brièvement revenue sur les propos polémiques de François Fillon. Ce dernier a opéré un véritable revirement en rejetant la ligne officielle de son parti vis-à-vis du FN, le "ni-ni" (aucune consigne de vote en cas de duel PS/FN). "Le soi-disant front républicain est mort", a lancé la dirigeante frontiste pour qui "la bipolarisation de la politique est enterrée". 

"Les électeurs adhèrent de plus en plus à nos idées", a-t-elle déclaré. "Le vote FN, n'est plus un vote protestataire mais d'adhésion, d'espoir." "Notre stratégie, c'est de parler de tous les sujets. Il n'y a plus un domaine où nous ne sommes pas présents." Le Front national se veut désormais "incontournable".

Utilisant à maintes reprises le terme "UMPS", elle a renvoyé dos à dos un Parti socialiste qui veut "se lancer dans la déconstruction" de son propre programme, et une UMP qui "passe son temps à se regarder le nombril". "Qu'ils viennent, nous les attendons avec gourmandise", a ajouté une Marine Le Pen affichant sa confiance pour les scrutins de 2014. Tout au long du week-end, le FN a affirmé vouloir ravir des mairies lors des municipales. 623 têtes de liste ont déjà été investies pour ces élections. 

Selon un sondage BVA/Le Parisien, 65% des Français ont une opinion négative de Marine Le Pen. Mais sa cote de popularité grimpe auprès des sympathisants de droite (de 34% à 56%). Quant à son potentiel de vote, il augmente de 13 points parmi les sympathisants de droite (de 40% à 53%), et de 15 points parmi les seuls sympathisants UMP (de 25% à 40%).

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !