Marine Le Pen : "L'union des droites ne veut strictement rien dire" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Marine Le Pen : "L'union des droites ne veut strictement rien dire"
©PHILIPPE HUGUEN / AFP

Avis tranché

Marine Le Pen : "L'union des droites ne veut strictement rien dire"

La présidente du Front national, invitée de Radio classique, a plaidé pour un "pôle qui considère que la nation doit être préservée".

"Je ne veux pas me laisser enfermer par l'union des droites". Invitée sur le plateau de Radio classique ce mardi matin, Marine Le Pen s’est voulue ferme sur le sujet d’une possible alliance avec certains élus du parti LR. "Je pense que ceux qui prône l’union des droites n’ont pas compris qu’il y a une grande recomposition de la vie politique française" a-t-elle estimé. Selon elle, il faut, en face de "l'européisme débridé" d'Emmanuel Macron, "un pôle national, un pôle qui considère que la nation doit être préservée". Et d’ajouter : "Ne nous enfermons pas dans une union des droites qui ne veut strictement rien dire".

Interrogée sur la publication jeudi dans Valeurs actuelles d'une tribune cosignée par l'ancien ministre Thierry Mariani (Les Républicains) et des élus d'extrême droite appelant à l'"unité" de la droite, la présidente du Front national a jugé que le texte ne transmet pas sa "vision beaucoup plus large du rassemblement de l'ensemble des Français".

"Une grande partie de ce que fait Emmanuel Macron, la droite en avait rêvé", a-t-elle déclaré. "Ils sont très mal à l'aise, même sur l'immigration ils cherchent à tenir le même discours que celui du Front national, mais la réalité c'est que les actes des élus de Laurent Wauquiez, notamment des députés européens au Parlement, sont à l'exact inverse".

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !