Mariage pour tous : Valéry Giscard d'Estaing l'aurait plutôt appelé "union" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Mariage pour tous : Valéry Giscard d'Estaing l'aurait plutôt appelé "union"
©

Débat

Mariage pour tous : Valéry Giscard d'Estaing l'aurait plutôt appelé "union"

L'ancien chef de l'Etat participait à l'émission BFM TV/Le Point/RMC dimanche.

  • Dans une émission diffusée dimanche 23 décembre sur BfmTV à laquelle il participait aux côtés de Jacques Delors, l'ancien chef de l'Etat, Valéry Giscard d'Estaing dit qu'il trouve cette évolution "tout à fait en phase avec la société actuelle" mais qu'il l'aurait appelée “union” en donnant "pratiquement les mêmes droits" : 

"Que les gens aient le droit de vivre ensemble, de gérer ensemble leur patrimoine, d'assurer leur avenir, c'est tout à fait en phase avec la société actuelle. Employer le mot mariage, c'est autre chose. C'est un mot du langage très ancien. C'est un mot qui a été créé dans différents pays et différentes civilisations pour l'union de l'homme et de la femme en vue d'avoir des enfants. Donc, c'est une autre situation. Moi, je l'aurais appelé union, mais j'aurais donné pratiquement les mêmes droits."

  • Dans la même émission, l'ancien président de la République a déclaré : "Les Français ne peuvent pas se gouverner. Par contre quand ils sont bien gouvernés, ils suivent. Mais si vous dites : gouvernez-vous vous-mêmes, c'est le désordre et l'affrontement. C'est un peuple individualiste et extrêmement tourné vers l'intérêt personnel et qui donc ne recherche pas l'intérêt collectif (...) Prenez le cas des retraites. Tous les pays d'Europe ont changé leur régime de retraites. Ça s'est fait sans grève et sans débat violent. En France pour passer de 60 à 62 ans, regardez ce qui s'est passé !"

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !