La marée noire : un an après | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La marée noire : un an après
©

Golfe du Mexique

La marée noire : un an après

Le 20 avril 2010, la plateforme pétrolière Deepwater Horizon sombrait au large des côtes de la Louisiane, provoquant une catastrophique écologique.

Les autorités américaines ont d’abord déclaré qu’il n’y avait aucun écoulement de pétrole brut en mer. Il y a un an, provoquée par une poussée de gaz de méthane, survenait une explosion sur la plate-forme pétrolière du golfe du Mexique, forant le puits Macondo 252 et provoquant une grave marée noire au large des côtes de la Louisiane. Trois mois plus tard, la fuite est finalement colmatée. En tout, ce sont plus de quatre millions de barils de pétrole qui se sont déversés dans l’océan.

Un an après, si les effets économiques de la catastrophe se sont révélés désastreux pour les Etats de Floride, du Mississipi, d'Alabama et, surtout, de Louisiane, l'impact écologique aurait pu s’avérer bien pire, affirment certains experts. "Certains pensaient que ce serait la fin du Golfe pour des décennies, mais ce n'est absolument pas le cas", ajoute-t-il. "Aucune de ces prévisions n'était juste", estime par exemple Edward Overton, qui enseigne les sciences de l'environnement à l'université de l'Etat de Louisiane à Baton Rouge.

Les effets direct de la catastrophe sur l'environnement sont, pourtant, toujours bien visibles. Depuis le début de l’année, près de 200 carcasses de dauphins se sont échouées et des milliers de pélicans sont morts. Et certains bayous (marécages formés de bras du Mississippi) restent encore noirs de pétrole, rapporte France Soir. Les effets sanitaires sont également nombreux. Dans les villes côtières, certains disent souffrir de nausées, troubles de la vision et saignements de nez, et l’attribuent tant au pétrole qu’aux produits chimiques dispersants

 

 

 

Lu sur l'Express.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !