Marc Machin : 8 ans après sa condamnation pour meurtre, il est acquitté par la cour d’assises | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Marc Machin : 8 ans après sa condamnation pour meurtre, il est acquitté par la cour d’assises
©

Happy end

Marc Machin : 8 ans après sa condamnation pour meurtre, il est acquitté par la cour d’assises

Cet homme de 30 ans a été acquitté à l'issue d'une procédure de révision.

Marc Machin peut enfin souffler. Cet homme âgé de 30 ans a en effet été rejugé après avoir vu sa condamnation pour meurtre annulée, et a été acquitté à l’issue de son procès en révision ce jeudi. A l’issue du verdict, il n’a pas caché son soulagement, déclarant notamment : "C'est un soulagement et un dénouement, maintenant la vie continue. Quand on a été victime d'une erreur judiciaire, enfermé à tort et injustement, il y a pas de quoi se réjouir et sauter au plafond".  Il a par ailleurs ajouté : "J'ai besoin de me reconstruire, de panser les cicatrices. Comme toute personne lambda, j’espère trouver un travail, être heureux, une femme, passer le permis, la voiture". 

Assurant avoir "récupéré sa dignité", il s’est toutefois dit "meurtri" après avoir passé "six ans et six mois" en prison pour un meurtre qu'il n'avait pas commis, "de 19 ans à 26 ans et demi".

Pour rappel, Marc Machin avait été condamné à 18 ans de réclusion criminelle pour avoir tué à coups de couteau Marie-Agnès Bedot le 1er décembre 2001 au pont de Neuilly dans les Hauts-de-Seine. Ce n’est que sept ans plus tard que la procédure de révision qui a abouti à son acquittement avait pu être lancée alors qu’un SDF âgé de 33 ans, David Sagno, avait affirmé être l’auteur du meurtre de Marie-Agnès Bedot ainsi que d’une autre femme au même endroit en 2002.

Marc Machin devient donc la huitième personne réhabilitée en France à l’issue de son procès en révision depuis la Seconde Guerre mondiale. Il devrait demander à la justice une indemnisation pour toutes les années passées en prison à tort comme l’avait fait avant lui Loïc Secher qui avait obtenu 797 352 euros après avoir passé sept ans et trois mois en prison pour des viols qu’il n’avait pas commis.

Lu sur Le Point.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !