Manuel Valls sur la baisse d'impôts en 2016 : "ce n’est pas une promesse, c’est un engagement que nous tiendrons" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
François Hollande a lors de son déplacement en Isère le 19 août dernier affirmé que la baisse d’impôt arriverait "quoiqu'il arrive en 2016".
François Hollande a lors de son déplacement en Isère le 19 août dernier affirmé que la baisse d’impôt arriverait "quoiqu'il arrive en 2016".
©Reuters

Promis, juré, craché

Manuel Valls sur la baisse d'impôts en 2016 : "ce n’est pas une promesse, c’est un engagement que nous tiendrons"

Le Premier ministre a confirmé ce vendredi les propos de François Hollande concernant la baisse des impôts en 2016 tout en précisant que la diminution serait conditionnée à l’ampleur de la croissance.

La baisse d’impôt c’est maintenant. Manuel Valls a déclaré ce vendredi 21 août que la baisse d’impôts promise par François Hollande pour l'année prochaine serait gravé dans le marbre dans le projet de loi de finances de 2016 présenté en Conseil des ministres fin septembre. D’après Manuel Valls : "la loi de finances 2016 organisera une nouvelle baisse de la fiscalité pour les ménages pour la troisième année consécutive (…) Ce n’est pas une promesse, c’est un engagement que nous tiendrons ! (...) Depuis 2010, la fiscalité des ménages a augmenté beaucoup trop fortement".

Le Premier ministre en déplacement à la gare de Bercy n’a toutefois pas donné les détails de l'ampleur de la baisse d’impôts mais a établi un lien de corrélation avec la croissance : 'plus la reprise sera forte, plus la baisse (d’impôt) sera forte en 2016'. Cette position est en légère contradiction avec celle exprimée par François Hollande lors de son déplacement en Isère le 19 août dernier lorsqu’il affirmait que la baisse d’impôt arriverait "quoiqu'il arrive en 2016". 

Selon Manuel Valls cette baisse de la fiscalité pour les ménages est rendue possible grâce à une bonne gestion de la dépense publique que mène le gouvernement. Toutefois, certains économistes considèrent que la baisse d’impot engagée depuis 3 ans serait artificielle et résulterait de la décision du gouvernement en mai 2014 de sortir 1,8 million de ménages de l’impôt sur le revenu. Avec ces annonces fortes, le chef du gouvernement veut fixer un cap jusqu’en 2017, rétablir la confiance avec les français et favoriser le retour de la croissance.

Lu sur Lemonde.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !