Manuel Valls réaffirme sa fermeté face aux "gangs, clans et groupes" en Corse | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Manuel Valls réaffirme sa fermeté face aux "gangs, clans et groupes" en Corse
©

Mise au point

Manuel Valls réaffirme sa fermeté face aux "gangs, clans et groupes" en Corse

Le ministre de l'Intérieur était en visite à Sézanne dans la Marne là où un bijoutier a abattu un braqueur. Il est revenu aussi sur cette affaire.

Manuel Valls entend rester ferme. Le ministre de l'Intérieur n'entend pas baisser la tête face aux actions menées récemment en Corse. En visite à Sézanne dans la Marne, il en a profité pour faire une mise au point. "Rien ne nous détournera de l'action que nous menons avec la gendarmerie et la police sur la Corse", a déclaré le ministre, répondant ainsi aux attentats contre des gendarmeries à Ajaccio et Bastia cette semaine.

"Des gangs, des clans, des groupes ont été démantelés, des individus sont tombés. Nous nous attaquons aux causes mêmes de la criminalité organisée, des mafias qui veulent prendre sous leur emprise la Corse. Donc il n'est pas question de céder d'un seul pouce face à ces individus. C'est sans doute pour cela qu'il y a des répliques, (de) ceux qui considèrent qu'il faut s'attaquer à l'État pour poursuivre leurs méfaits" a-t-il ensuite indiqué. 

Dans la Marne, Manuel Valls est également revenu sur l'affaire du bijoutier de Sézanne qui a tué un braqueur le 28 novembre. Devant une quinzaine de commerçants, le ministre a assuré que la sécurité serait davantage renforcée. Il a également indiqué que le bijoutier avait su "trouver les mots justes" pour apaiser les tensions. "Nous devons être au niveau de cette dignité" a jugé Manuel Valls. Il a enfin insisté sur le rôle de la surveillance vidéo dans cette affaire : "Sans elle, il y a plein de choses évidentes qu'on n'aurait pas pu voir".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !