Manuel Valls rappelle de nouveau à l'ordre les députés PS et veut faire siéger les sénateurs cet été | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Manuel Valls reste ferme
Manuel Valls reste ferme
©Reuters

Remontée de bretelles

Manuel Valls rappelle de nouveau à l'ordre les députés PS et veut faire siéger les sénateurs cet été

Le Premier ministre rencontrait les élus du groupe à huis clos ce mardi matin.

Manuel Valls en a assez. Les députés ont été entendus. En tout cas, le Premier ministre estime avoir écouter les frondeurs. "Il faut passer à autre chose et se rassembler" soupire un de ses proches. Ce mardi matin, lors d'une réunion à huis clos avec les députés du groupe socialiste, Manuel Valls a donc haussé le ton. "À mon sens, l'énergie socialiste doit être consacrée à l'essentiel, et non pas à devoir faire de la présence en séance pour repousser les amendements d'autres socialistes. Dans un climat lourd (…), nous avons la responsabilité de gouverner. Comment convaincre les Français de notre volonté de réformer le pays si nous affichons nos approches différentes ? Faisons attention, nous avons un risque d'enlisement" a affirmé le Premier ministre d'après un témoin qui s'est confié au Figaro.

Et le Premier ministre a martelé que les députés socialistes devaient faire preuve de responsabilité. "Je n'appelle pas à la discipline ni à la sanction, mais à la responsabilité. La bonne méthode, c'est de travailler ensemble. Je travaille avec un groupe, pas avec des mini groupes" a-t-il insisté. Puis il a appelé à mettre un terme "au spectacle de la division", référence à la bataille d'amendements lundi soir à l'Assemblée par les députés PS frondeurs sur le projet de budget rectificatif de la Sécurité sociale (PLFSSR). Un match qui a entraîné le report du vote.

Mais les remarques effectuées aux députés ont aussi été valable aux sénateurs. En effet, Manuel Valls a bien l'intention de les faire travailler en juillet et août sur la réforme territoriale retirée de l'ordre du jour du Sénat, la semaine passée. Agacé, le Premier ministre a "redit sa détermination à avancer vite, quelles que soient les manœuvres de retardement du Sénat". Valls ne plaisante plus.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !