Manuel Valls juge qu’il existe en France "un apartheid territorial, social, ethnique" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Manuel Valls juge qu’il existe en France "un apartheid territorial, social, ethnique"
©

Loin devant

Manuel Valls juge qu’il existe en France "un apartheid territorial, social, ethnique"

Lors de ses voeux à la presse, le Premier ministre a indiqué également que "la France porte la liberté d'expression partout, mais elle défend aussi d'autres valeurs".

Manuel Valls est revenu sur les attentats de Paris ce mardi en fin de matinée lors de ses voeux à la presse à Matignon. Le Premier ministre a estimé qu’il existait en France "un apartheid territorial, social, ethnique"Ces derniers jours ont souligné beaucoup des maux qui rongent notre pays ou des défis que nous avons à relever. A cela, il faut ajouter toutes les fractures, les tensions qui couvent depuis trop longtemps et dont on parle peu (...) la relégation péri-urbaine, les ghettos, ce que j’évoquais en 2005 déjà" a-t-il expliqué.

Puis il a indiqué qu'il ne fallait pas enfermer la France au seul slagan "Je suis Charlie". Pour lui, le slogan emblématique de soutien à la liberté d’expression après les attentats en France, "n’est pas le seul message de la France au monde""Il ne faut pas réduire la France à un seul message. La France porte la liberté d’expression partout, mais elle défend aussi d’autres valeurs qui nous sont chères: la paix, le respect des convictions, le dialogue entre les religions" a-t-il soutenu faisant référence aux manifestations anti Charlie Hebdo dans le monde.

Saluant le "cri de ralliement qui a réuni tous les Français, beaucoup de Français", Manuel Valls a encore dit que "nous devons toujours éviter ce piège des amalgames, des identités irréconciliables. Ce piège que nous tendent les terroristes".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !