Manuel Valls évoque les quatre "erreurs" du quinquennat | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Manuel Valls évoque "une part de responsabilité dans le fait que l'on n'agit pas suffisamment avec le souci de la vérité et de la transparence".
Manuel Valls évoque "une part de responsabilité dans le fait que l'on n'agit pas suffisamment avec le souci de la vérité et de la transparence".
©Reuters

Inventaire

Manuel Valls évoque les quatre "erreurs" du quinquennat

"Il y a eu une première difficulté qui est que, pendant ses dix ans d'opposition, la gauche s'est mal préparée à l'exercice du pouvoir", estime le Premier ministre, interviewé par le magazine "Society".

À l'occasion d'un entretien accordé au magazine Society, Manuel Valls s'est livré à un devoir d'inventaire du quinquennat de François Hollande, un an avant l'élection présidentielle de 2017. 

"Il faut être capable d'analyser sa propre action et reconnaître ses erreurs (…) Personne n'est infaillible", déclare le Premier ministre, qui admet avoir "une part de responsabilité" dans ce constat. "Une part de responsabilité dans notre manière d'exercer le pouvoir. Une part de responsabilité dans le fait que l'on n'agit pas suffisamment avec le souci de la vérité et de la transparence", observe Manuel Valls.

"Il y a eu une première difficulté qui est que, pendant ses dix ans d'opposition, la gauche s'est mal préparée à l'exercice du pouvoir. L'opposition étant parfois trop systématique, l'anti-sarkozysme étant, à tort, le seul objet des discours. Du coup, la gauche n'a pas tranché toute une série de questions (...) La deuxième erreur c'est, au lendemain de la victoire, de ne pas avoir assez tenu compte du rapport de la Cour des comptes sur la dégradation des finances publiques (…) Nous avons cru - pas moi - que la société était moins dure alors qu'elle était davantage sous tension. La quatrième erreur, c'est que nous n'assumons pas ce que nous faisons (...) dans le domaine économique ni dans celui de la sécurité - même si c'est un peu moins vrai parce que avec d'autres, j'ai contribué à faire évoluer les choses dans ce domaine", estime le Premier ministre. 

>>>> À lire aussi : Présidentielles 2017 : la stratégie secrète de François Hollande pour garder le pouvoir

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !