Manifestations en Ukraine : la tension monte d'un cran, 3 morts | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Une personne est morte dans les manifestations à Kiev
Une personne est morte dans les manifestations à Kiev
©REUTERS/Vasily Fedosenko

Répression mortelle

Manifestations en Ukraine : la tension monte d'un cran, 3 morts

Depuis dimanche, des dizaines de milliers de personnes sont dans les rues pour protester contre les nouvelles lois répressives.

Depuis quatre jours, il y a un net regain de violences en Ukraine. Dimanche près de 200 000 personnes s'étaient réunies dans la capitale du pays afin de contester les nouvelles lois répressives votées par le Parlement. La situation avait dégénéré et de violents affrontements avaient éclaté faisant des dizaines de blessés. Mais ce mercredi, les affrontements ont pris une toute autre tournure puisque, selon l'opposition, trois manifestants ont été tués par la police à Kiev. Des morts qui ont eu lieu alors que les forces de l'ordre ont lancé un assaut contre les protestataires.

Le ministère de l'Intérieur a confirmé la mort de ces 3 hommes dans le centre de Kiev, selon l'agence de presse russe Interfax. Ainsi, selon cette source, tôt ce mercredi matin, les forces de l'ordre ont lancé une offensive contre les manifestants retranchés derrière des barricades dans le centre-ville de la capitale. Le service médical improvisé de l'opposition a affirmé qu'un autre manifestant était décédé la veille après être tombé dimanche de plus de 10 mètres de haut. Le ministère de l'Intérieur n'a toutefois pas confirmé cet autre décès.

Depuis dimanche, la situation est très tendue à Kiev, où les affrontements à coups de cocktails Molotov, tirs de balles en caoutchouc et grenades assourdissantes n'ont quasiment pas cessé. L'opposition manifeste contre les nouvelles lois répressives contre les manifestants. Celles-ci prévoient des peines de prison de 15 jours pour l'installation non-autorisée de tentes ou d'estrades dans des endroits publics et jusqu'à cinq ans de prison pour les personnes bloquant des bâtiments officiels.

lu sur 20Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !