Manifestations en Grèce : les syndicats remettront ça le 14 novembre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Manifestations en Grèce : les syndicats remettront ça le 14 novembre
©

C'est reparti pour un tour

Manifestations en Grèce : les syndicats remettront ça le 14 novembre

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont défilé dans les rues d'Athènes et de Salonique pour manifester contre les mesures d'austérité imposées par leur bailleur de fonds.

Ils étaient plusieurs dizaines de milliers de Grecs à défiler dans les rues d'Athènes et de Salonique ce jeudi, à la veille du somment européen qui se déroulera à Bruxelles. Ils étaient venus protester contre l'austérité imposée par leurs bailleurs de fonds, dont l'Europe fait partie.Les syndicats grecs ont d'ailleurs décidé avec leurs homologues portugais et espagnols de remettre le couvert pour de nouvelles grèves et de nouvelles manifestations le 14 novembre.  

 

A Salonique dans le nord du pays, la police a recensé 17.000 manifestants. A Athènes, sur la place Syntagma, après un défilé globalement calme, des échauffourées ont opposé la police à de petits groupes de manifestants.Les syndicats grecs avaient appelé à cette journée anti-austérité le jour du sommet européen de Bruxelles qui doit tenter de trouver des solutions pour consolider l'Europe et la zone euro notamment via une union bancaire.

 

Les syndicats de leur côté contestent le recours massif aux politiques d'austérité pour sortir de la crise. Le GSEE qui couvre le secteur privé en Grèce a annoncé qu'il allait se joindre à une journée d'action européenne le 14 novembre, également annoncée par les syndicats portugais. En Espagne, les deux principaux syndicats du pays, CCOO et UGT, et quelque 150 organisations formant le "Sommet social" vont, "selon toutes probabilités", appeler à une grève le 14 novembre, coïncidant avec celle prévue au Portugal et en Grèce. 

 

La Grèce, qui traverse sa cinquième année de récession consécutive, a demandé deux ans supplémentaires à ses partenaires pour mener à bien les réformes et réduire ses déficits

Lu sur Le Nouvel Observateur

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !