Manif pour tous : quand la campagne des jeunes socialistes énerve au sein même du PS | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Manif pour tous : quand la campagne des jeunes socialistes énerve au sein même du PS
©

Réactions

Manif pour tous : quand la campagne des jeunes socialistes énerve au sein même du PS

"S'il avait appris à l'école qu'une femme n'est pas un objet, il ne l'aurait peut-être pas violée". C'est un des slogans chocs lancés sur internet par le MJS afin de promouvoir l'égalité et la non-discrimination.

Le week-end dernier, à Paris et Bordeaux, les militants de la Manif pour tous bâtaient à nouveau le pavé. Des manifestations qui ont relancé le débat sur la GPA et la PMA. Si une controverse est née suite aux écarts constatés entre le nombre de manifestants retenu par la police (70 000) et les organisateurs (500 000), une autre polémique secoue actuellement le parti socialiste. La raison  ? La campagne menée par les jeunes socialistes (MJS) pour s'opposer au mouvement Manif pour tous et promouvoir l'égalité et la non-discrimination.

Mais depuis son lancement sur les réseaux sociaux, cette campagne fait débat. Il faut dire que les messages sont forts, percutants. "S'il avait appris à l'école qu'une femme n'est pas un objet, il ne l'aurait peut-être pas violée" peut-on lire sur l'une des affiches avec comme illustration une jeune femme violentée. Avec son slogan "Non à la manif des réacs, #Ouiàlégalité", le message du MJS à l'encontre des opposants au mariage homosexuel est clair.


Largement commentée sur les réseaux sociaux, cette campagne a fait du bruit. A tel point qu'elle a poussé des membres du PS à réagir. C'est le cas du député Nicolas Bays qui s'est emporté contre ces affiches "chocs". Il trouve, comme il l'explique au Lab, cette campagne "inappropriée", précisant toutefois qu'il est d'accord "sur le fond du message" mais qu'il trouve la photo représentant un viol "dérangeante". Mais selon Le Point.fr, au Parti socialiste, certains élus se montrent beaucoup plus critiques. Ainsi, en off, il y aurait quelques partisans d'une dissolution du Mouvement des jeunes socialistes, un "groupuscule gauchiste autonome" et "incontrôlable" selon l'un d'entre eux.

 Laura Slimani, la présidente des MJS, s'est expliquée dans Le Courrier de L'Atlas sur les raisons de cette campagne choc. "On n'avait pas envie de courber l'échine face à des militants qui portent une vision de la société rétrograde et qui se battent contre le progrès" assure-t-elle.
Et de poursuivre  : "On n’a pas à s’excuser d’avoir des convictions. Je suis fière d’avoir un gouvernement qui agit pour l’égalité et j’ai envie de le dire. C’est important que les jeunes socialistes le réaffirment car il faut aider le gouvernement à tenir face aux réactionnaires".

lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !