Manchester : la bourde de Gérard Collomb qui irrite les Britanniques | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Manchester : la bourde de Gérard Collomb qui irrite les Britanniques
©

Loupé!

Manchester : la bourde de Gérard Collomb qui irrite les Britanniques

Le ministre de l'Intérieur a dévoilé des détails de l'enquête, au grand dam des enquêteurs.

A peine nommé ministre, Gérard Collomb s'attire déjà les premières foudres.  Selon le Guardian, les policiers britanniques, chargés de l'enquête sur l'attentat de Manchester, ont peu goûté aux informations lâchées par le ministre de l'Intérieur, informations qu'ils souhaitaient garder secrètes, notamment le passage par la Syrie du kamikaze. Une information transmise par le Royaume-Uni et révélée par Gérard Collomb, quelques minutes à peine après le coup de gueule de son homologue Britannique : "ça devient irritant que [ces informations] sortent via d'autres sources et j'ai été très claire auprès de nos amis sur le fait que cela ne doit pas se reproduire" expliquait vendredi Amber Rudd sur la BBC.

A en croire le Guardian, l'irritation s'est alors transformée "en désespoir", outre-manche. "Le problème, c'est que les agences de renseignements, en l'espèce celles des États-Unis et de la France, sont obligées de transmettre ces informations à leurs présidents, Premiers ministres et ministres respectifs. Dans le passé, ces secrets étaient généralement respectés", poursuit le journal. Le New York Times a d'ailleurs publié des photos des explosifs utilisés, provoquant la colère du gouvernement britannique.

Contacté par l'Express, l'entourage de Gérard Collomb balaye la polémique. "Il a fait état du passage en Libye du terroriste, déjà connu, en évoquant l'hypothèse syrienne, parcours souvent vu chez d'autres terroristes, qui n'est pas établi à cette heure." Pas de quoi calmer les Britanniques.

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !