Réforme de la SNCF : Édouard Philippe est décidé à aller "jusqu'au bout" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Réforme de la SNCF : Édouard Philippe est décidé à aller "jusqu'au bout"
©AFP

Mise au point

Réforme de la SNCF : Édouard Philippe est décidé à aller "jusqu'au bout"

"J'entends la détermination de certaines organisations syndicales, mais qu'ils entendent bien la mienne aussi" a-t-il indiqué dans Le Parisien.

Situation tendue pour l’exécutif. Samedi soir, les cheminots ont entamé leur troisième jour de grève. Mais dans un long entretien accordé au Parisien. Édouard Philippe s'est montré déterminé à ne rien céder aux syndicats."J'entends la détermination de certaines organisations syndicales, mais qu'ils entendent bien la mienne aussi. Je reçois des messages de Français qui soutiennent le gouvernement, en disant qu'il faut aller jusqu'au bout. Eh bien c'est ce que nous allons faire".

Le chef du gouvernement, qui se dit très satisfait du travail de la ministre des Transports Elisabeth Borne,  assure aussi n’avoir "absolument aucun regret" mais concède "un besoin d’expliquer et de continuer à expliquer". Il rappelle que certains sujets ne sont "pas négociables", notamment l'ouverture à la concurrence et la fin du recrutement au statut mais ouvre la porte à des discussions pour parler des modalités. "J'ai bon espoir qu'à la fin on s'entende" juge-t-il.

Le Premier ministre a par ailleurs mis en doute l'idée d'une "convergence" entre les différents mouvements de protestations. "J'ai du mal à voir une convergence entre des militants d'extrême gauche qui viennent perturber les amphis et les soignants dans les hôpitaux. J'ai du mal à voir la convergence entre ceux opposés à la réforme ferroviaire et les salariés d'Air France qui demandent des salaires plus élevés", a-t-il réagi. "Un certain nombre de gens, par conviction politique et idéologique, essaient de lutter dans la rue contre les résultats qui ont été obtenus dans les urnes. C'est ce qu'a dit quasi explicitement Olivier Besancenot et parfois ce qu'a dit Jean-Luc Mélenchon".

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !