Maine-et-Loire : il asperge un chat de soude caustique, 4 mois de prison avec sursis | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Maine-et-Loire : il asperge un chat de soude caustique, 4 mois de prison avec sursis
©Reuters

Miaou

Maine-et-Loire : il asperge un chat de soude caustique, 4 mois de prison avec sursis

Un restaurateur a été condamné ce mardi après avoir infligé ce sévice à ce chat, qui avait dû être euthanasié il y a quelques mois.

Quelques jours après le scandale de Marseille et l'histoire d'Oscar, ce chaton maltraité par un homme de 25 ans, une nouvelle affaire de chat maltraité a été traitée par la justice. Un restaurateur de Brissac-Quincé (Maine-et-Loire) a été condamné ce mardi à quatre mois de prison avec sursis pour avoir aspergé de soude caustique un félin qui traînait dans son restaurant - le chat avait dû être euthanasié en raison de ses blessures.

Ce fait divers, traité par la justice en novembre dernier par le tribunal correctionnel d'Angers, pourrait toutefois ne pas en rester là : l'association de défense des animaux Stéphane-Lamart a en effet décidé de ne pas en rester là et de faire appel, rappelant que la cruauté envers les animaux était, selon l'article 521-1 du Code pénal, passible de deux années d'emprisonnement et d'une amende de 30 000 euros. La chanteuse Stone du duo Stone & Charden, membre de l'association, a de son côté annoncé demander une audience auprès de la garde des Sceaux Christiane Taubira pour faire évoluer le statut juridique de l'animal.

La SPA (Société de Protection des Animaux) du département, par contre, se satisfait de ce jugement : "C'était grave, il est puni, la sentence est tombée" note son administratrice Silva Le Feuvre. Elle a obtenu 273€ de dommages et intérêts tandis que les autres associations qui s'étaient constituées partie civile ont obtenu un euro symbolique.

Vu sur Ouest-France

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !