Lutte contre l'Etat islamique : le chef du Pentagone en visite sur le porte-avions Charles-de-Gaulle | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le porte-avions français a été déployé dans le Golfe pour prendre part aux frappes aériennes contre les positions du groupe État islamique.
Le porte-avions français a été déployé dans le Golfe pour prendre part aux frappes aériennes contre les positions du groupe État islamique.
©Reuters

Symbolique

Lutte contre l'Etat islamique : le chef du Pentagone en visite sur le porte-avions Charles-de-Gaulle

Dimanche 20 décembre, le porte-avions Charles de Gaulle rejoindra sa zone de déploiement opérationnel dans le Golfe, après des premières opérations menées en novembre et décembre en Méditerranée orientale.

Le ministère français de la Défense a annoncé ce samedi que le chef du Pentagone, Ashton Carter, a effectué une visite sur le porte-avions français Charles de Gaulle, chose inédite pour un secrétaire américain à la Défense. Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, étant retenu par un séminaire gouvernemental à Paris, Ashton Carter a été accueilli par le secrétaire d'État français aux Anciens Combattants, Jean-Marc Todeschini. Les deux ministres de la Défense se sont toutefois entretenus par téléphone samedi matin.

Dans le cadre de sa tournée au Moyen-Orient, Ashton Carter est arrivé hélicoptère sur le porte-avions français, qui a été déployé dans le Golfe pour prendre part aux frappes aériennes menées contre les positions du groupe État islamique en Irak et en Syrie. Le porte-avions Charles de Gaulle vient de prendre le commandement de la composante navale de la coalition dirigée par les États-Unis contre l'État islamique, ce qui donne à cette visite une dimension particulièrement symbolique.

Dimanche 20 décembre, le porte-avions Charles de Gaulle rejoindra sa zone de déploiement opérationnel dans le Golfe, après des premières opérations menées en novembre et décembre en Méditerranée orientale, explique le porte-parole de l'état-major français des armées, le colonel Gilles Jaron. Les 26 chasseurs-bombardiers embarqués - 18 Rafale et 8 Super Etendard - pourraient alors aussitôt reprendre leurs vols, au plus près du théâtre irakien. Dans ce contexte, Jean-Yves Le Drian sera à Moscou dimanche et lundi pour évoquer la question du renforcement de la coopération militaire avec la Russie dans la lutte contre l'Etat islamique.  

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !