Louis Sarkozy appelle à la légalisation de toutes les drogues | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Louis Sarkozy appelle à la légalisation de toutes les drogues
©FRANCK FIFE / AFP

Radical

Louis Sarkozy appelle à la légalisation de toutes les drogues

Le fils de Nicolas Sarkozy écrit régulièrement dans un site américain classé à droite.

Louis Sarkozy écrit, depuis novembre, des éditorialistes sur le site américain Washington Examiner. Dans son dernier billet en date, le plus jeune fils de l'ancien président de la République se dit favorable à la légalisation des drogues.

Soulignant l'échec des politiques de répression, il prend l'exemple de la prohibition de l'alcool dans les années 1920 outre-Atlantique : "Au moment de la prohibition, l'alcool était facile à obtenir. Mais au lieu de s'en procurer auprès de commerces réglementés par l'État, les citoyens étaient contraints d'en acheter à des criminels et des trafiquants."

Autre argument : le coût de la répression, qu'il estime à  50 milliards de dollars (environ 41 milliards d'euros), et qui ne devrait pas être supporté par les contribuables américains qui ne consomment pas de drogue. Il explique que comme pour l'alcool, il est favorable à une répression des comportements en société (comme la conduite en état d'ivresse), et non les usages.

Pour Louis Sarkozy, "face aux preuves accablantes de l'effet désastreux de la criminalisation de la drogue et de l'impact positif de son alternative, il est clair que ceux qui luttent contre la marijuana  tentent toujours de combattre un problème du XXIe siècle avec des vaines solutions datant du XXe". Il appelle donc la société à mener "une réflexion nouvelle et moderne sur la question de la drogue".

Lu dans le Washington Examiner

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !