Loi Travail : L'Unef appelle d'ores et déjà à "amplifier le mouvement" sans attendre les prochaines annonces de Valls | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Loi Travail : L'Unef appelle d'ores et déjà à "amplifier le mouvement" sans attendre les prochaines annonces de Valls
©REUTERS/Vincent Kessler

Réformes

Loi Travail : L'Unef appelle d'ores et déjà à "amplifier le mouvement" sans attendre les prochaines annonces de Valls

Manuel Valls avait promis de nouvelles annonces lundi après avoir rencontré les organisations de jeunesse ; l'Unef ne les attend même pas.

La contestation contre la loi El Khomri se poursuit. Le premier ministre Manuel Valls avait décidé de rencontrer les organisations de jeunesse en amont de nouvelles annonces lundi, censées prendre en compte les revendications. Mais l'Unef, après son entretien avec Manuel Valls, appelle d'ores et déjà à "amplifier le mouvement", sans attendre les annonces de lundi, rapporte l'AFP.

La loi sur le travail soulève des contestations d'une grande partie de la gauche et des organisations de jeunesse de gauche, mais la journée de mobilisation de mercredi était apparue comme en demie-teinte, avec une mobilisation moins forte que prévue. François Hollande, comme Manuel Valls, répète qu'il refuse d'envisager un retrait du texte, même s'il s'est déclaré ouvert à des "corrections". La loi peut être améliorée, il y a forcément des éclaircissements à donner, des corrections à établir par rapport à ce qui pouvait être mis dans une première intention (…) Si une concertation a été engagée à ma demande, c'est bien pour apporter tous les éclaircissements, toutes les précisions, lever des inquiétudes, améliorer encore le dispositif pour permettre de convaincre tout en en gardant l'esprit", avait-il déclaré.

Par ailleurs, selon un sondage récent, 58% des français estiment qu'il faudrait donner plus de souplesse aux entreprises pour faire baisser le chômage. Si la loi a une grande partie de la gauche contre elle, il semble que l'opinion en général puisse ne pas y être défavorable.

A LIRE AUSSI : Rencontre Hollande Blair : le social libéralisme à la française a-t-il vocation à finir dans la même frénésie financière que l'ancien premier ministre britannique ? 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !