Loi Travail : journée cruciale pour les opposants au texte | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Loi Travail : journée cruciale pour les opposants au texte
©Reuters

Sous la pluie

Loi Travail : journée cruciale pour les opposants au texte

Une douzaine de lycées sont bloqués à Paris tandis que les rassemblements s'organisent pour le début d'après-midi.

Pour une fois, la pluie pourrait être la meilleure alliée de François Hollande. Alors que les premières manifestations contre la loi Travail s'organisent ce mercredi, elle est venue s'abattre sur la capitale et en partie doucher les espoirs d'une mobilisation record. "La pluie est attendue et, ça, c'est déjà une bonne nouvelle" affirme ainsi un conseiller proche du président au Parisien.

Ce matin, une douzaine de lycées parisiens étaient bloqués et plusieurs autres en province suivaient le mouvement. "On essaie de bloquer", explique un lycéen à FranceTV Info. "Difficile de faire un blocus en vrai avec Vigipirate." Etat d'urgence oblige, les actions sont donc plus limitées et restrictives, calmant un peu les ardeurs des opposants.

"Quand j'entends que les organisations de jeunesse sont manipulées, cela me fait sourire, on ne les pousse pas" a réagi le patron de Force Ouvrière, Jean-Claude Mailly sur RTL. "On n'a jamais dit qu'il ne fallait toucher à rien", précise-t-il. "Mais ce projet de loi, c'est une remise en cause profonde, dans un mauvais sens, du droit du travail".

Sur France Info, François Bayrou s'est offusqué de ce nouveau blocage. "Est-ce que la France peut demeurer le pays de tous les blocages, le pays du blocage éternel, où aucun dialogue n'est possible et où chaque fois qu'une proposition est avancée, le pays dit non, descend dans la rue et se bloque ?" Même son de cloche pour le patron du Medef Pierre Gattaz. ""Il faut avancer, il faut continuer, je crois qu'un retrait serait dramatique pour le pays, pour l'économie du pays, et surtout pour le chômage",

Plusieurs cortèges débuteront autour de 12h30, notamment à Paris où les cheminots rejoindront les étudiants et certains magistrats.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !