Loi de finances 2013 : les « pigeons entrepreneurs » disent non ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Loi de finances 2013 : les « pigeons entrepreneurs » disent non !
©

Mutinerie

Loi de finances 2013 : les « pigeons entrepreneurs » disent non !

Des entrepreneurs ont lancé sur les réseaux sociaux le mouvement des pigeons entrepreneurs pour critiquer le projet de loi de finances présenté par Pierre Moscovici.

Les entrepreneurs se rebiffent. Les créateurs de start-up et les investisseurs critiquent en effet depuis ce weekend sur les réseaux sociaux le projet de loi de finances 2013 présenté vendredi par le gouvernement. Les « pigeons entrepreneurs » reprochent notamment au projet de loi la mesure phare sur la taxation des revenus du capital au même niveau que les revenus du travail, qui conduira en effet dans certains cas une hausse considérable des prélèvements sur les bénéfices dégagés par les créateurs de start-up lors de la revente de leurs entreprises. Selon les calculs de Jean-David Chamboredon, patron du fonds des entrepreneurs internet ISAI et à l’origine de la tribune qui a enflammé le web, l’entrepreneur devrait ainsi acquitter une taxe de plus de 60% sur la plus-value de cession.

Les entrepreneurs ont alors choisi le pigeon comme signe de ralliement. Le compte Twitter @DefensePigeons est déjà suivi par plus de 3 000 personnes tandis que le compte Facebook compte plus de 7 500 amis. Le mouvement a même déposé le nom de domaine DefensePigeons.org et prévoit déjà un rassemblement dimanche 7 octobre devant l’Assemblée nationale. « Nous croyons en la puissance des médias sociaux que nous maîtrisons parfaitement et sommes persuadés que la mobilisation générale initiée ici va faire comprendre au gouvernement qu'il se trompe de combat en s'attaquant aux entrepreneurs » ont ainsi expliqué les « pigeons entrepreneurs ». Ces derniers ont par ailleurs déjà reçu le soutien de personnalités. Nathalie Kosciusko-Morizet, l’ancienne ministre de l’Economie numérique, a ainsi apporté son soutien au mouvement d’entrepreneurs. Le fondateur de Free, Xavier Niel, faisait quant à lui partie des amis Facebook du groupe.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !