Logement : les députés votent la fin de l'obligation de rendre 100% des logements accessibles aux handicapés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Logement : les députés votent la fin de l'obligation de rendre 100% des logements accessibles aux handicapés
©Pixabay

Norme

Logement : les députés votent la fin de l'obligation de rendre 100% des logements accessibles aux handicapés

Désormais, seuls 10% des logements neufs devront être accessibles, les 90% restants devant être "évolutifs".

L'Assemblé nationale est revenue, vendredi, sur l'obligation issue d'une loi de 2005 de rendre 100% des logements accessibles aux personnes handicapées dans la construction neuve. Dans le cadre du projet de loi Elan, ils ont prévu que désormais, seuls 10% des nouvelles constructions soient accessibles, tandis que les 90% restants devront être "évolutifs" tout au long de la vie via des travaux simples, en cas d'accident ou avec le vieillissement.

La mesure n'est pas une surprise : elle avait été annoncée lors du premier comité interministériel du handicap du quinquennat, en septembre. Elle a depuis été critiquée par plusieurs associations  (Fnath, Fédération nationale des associations de retraités...) qui ont dénoncé une "grave régression sociale".

Alors qu'à l'Assemblée, Jean-Christophe Lagarde, coprésident des députés UDI-Agir-Indépendants, s'est félicité du rétablissement d'un "équilibre" car le 100% accessible était un "excès" selon lui, plusieurs députés de droite comme de gauche ont critiqué cette évolution. Constance Le Grip, députée Les Républicains, parle de "marche arrière sur le principe d'accessibilité universelle" tandis que Mathilde Panot (France insoumise) évoque un recul pour les personnes âgées et les parents avec poussette.

Lu dans Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !