Livret A : la Banque de France veut baisser le taux à 1%, Pierre Moscovici s'y oppose | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Livret A : la Banque de France veut baisser le taux à 1%, Pierre Moscovici s'y oppose
©

Diminution

Livret A : la Banque de France veut baisser le taux à 1%, Pierre Moscovici s'y oppose

Le ministre de l'Economie et des Finances considère que le taux de 1,25% est déjà suffisamment bas.

Alors qu'il avait laissé entendre que le taux du Livret A ne bougerait pas, Pierre Moscovici va devoir faire face à l'avis contraire distillé par la Banque de France. Selon son gouverneur, Christian Noyer, le taux du placement préféré des Français devrait baisser à 1%. Déjà bas (1,25%), le taux de rémunération du Livret A ne devrait pas bouger, le ministre de l'Economie et des Finances se refusant à suivre les recommandations de la Banque de France.

La stricte application de la formule de calcul impliquerait, selon l'institution, de faire diminuer le Livret A à 0,75%. "Toutefois, dans la perspective de préserver globalement le pouvoir d'achat des épargnants, compte tenu des hausses de TVA de début d'année, le gouverneur de la Banque de France considère qu'il est justifié de déroger à la stricte application de la formule de calcul en vigueur, ainsi que le règlement en prévoit la possibilité", précise un communiqué.

"Un taux du Livret A à 1 % donne une claire priorité au soutien de la croissance et de l'emploi, grâce à la diminution du coût du financement de l'économie, et devrait assurer une rémunération de l'épargne réglementée supérieure à l'inflation au cours des prochains mois", ajoute la banque. Le taux du Livret A était encore à 2,25% en 2012 et de 4% en 2008, avant la crise financière mondiale.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !