Lille : 4 suspects en garde à vue pour le saccage d'un bar gay | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Lille : 4 suspects en garde à vue pour le saccage d'un bar gay
©

Inadmissible

Lille : 4 suspects en garde à vue pour le saccage d'un bar gay

"Les réquisitions seront sévères", selon le procureur de la République de Lille, contre ces skinheads homophobes qui ont blessé plusieurs personnes.

Ils ont été interpellés mercredi soir, après avoir saccagé un bar gay à Lille. Ils avaient jeté du mobilier du bar contre la vitrine et les clients en proférant des injures homophobes avant d'être mis en fuite par les clients.

Sans doute proches de la mouvance skinheads, les suspects sont âgés de 18, 24, 25 et 50 ans, et ils revendiquent leur appartenance à une mouvance extrémiste, selon le parquet. Ils sont déjà connus de la justice pour des "faits mineurs", sans lien avec des violences. Ils sont poursuivis pour des dégradations volontaires en réunion et des violences volontaires sur personnes en raison de leur orientation sexuelle, a indiqué le procureur de la République de Lille, Frédéric Fèvre.

"Les réquisitions du parquet seront sévères", a promis M. Fèvre. "Des propos homophobes ont été tenus. [...] Il s'agit de faits très graves, qui méritent une réponse rapide et empreinte de fermeté", a-t-il précisé. Les victimes et les témoins de l'agression devaient être entendus jeudi après-midi.

Les suspects devraient être déférés vendredi dans la journée au parquet de Lille.

Parmi ces quatre individus, deux avaient déjà été interpellés dimanche en marge du match entre Lille et Marseille selon la Voix du Nord. L'un d'entre eux avait été en garde à vue. Ces deux individus, dont l'un est interdit de stade, sont donc connus depuis dimanche par les services de lutte contre l'hooliganisme.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !