Libye : une dizaine de victimes dont un Français dans l'attaque d'un hôtel à Tripoli | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Libye : une dizaine de victimes dont un Français dans l'attaque d'un hôtel à Tripoli
©

Attentat

Libye : une dizaine de victimes dont un Français dans l'attaque d'un hôtel à Tripoli

Après avoir revendiqué cette attaque, l'Etat islamique a affirmé qu'il s'agissait d'un acte de vengeance en liaison avec le décès d'un ancien membre d'Al-Qaida, Abou Anas al-Libi.

Une attaque menée ce mardi contre l'hôtel Corinthia à Tripoli a causé une dizaine de victimes dont un Français et un américain tués par balles. L'attaque a été revendiquée par l'Etat islamique bien que les autorités locales nient toujours son implantation sur le territoire libyen.

Deux hommes armées ont pénétré dans cet hôtel 5 étoiles de Tripoli mardi à 9 heures du matin avant d'ouvrir le feu dans le hall. Dans le même temps, une voiture piégée a explosé sur le parking de l'hôtel. Dans l'après midi, les assaillants se sont retranchés dans les étages de l'hôtel, emmenant avec eux un otage. "Pourchassés et encerclés au 21e étage de l'hôtel par les forces de sécurité, les assaillants ont fait sauter les ceintures explosives qu'ils portaient" a déclaré le porte-parole des opérations de sécurité. Plus tard dans la journée, le gouvernement de Tripoli a fait état de 9 victimes, dont les 3 auteurs de l'attaque. 

Après avoir revendiqué cette attaque, l'Etat islamique a affirmé qu'il s'agissait d'un acte de vengeance en liaison avec le décès d'un ancien membre d'Al-Qaida, Abou Anas al-Libi. Ce dernier était accusé d'avoir organisé des attaques contre deux ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie en 1988. L'homme avait été enlevé par les américains à Tripoli en octobre 2013, avant de mourir des suites d'une longue maladie à New York le 2 janvier 2014. 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !