Kadhafi refuse l'offre de cessez-le feu des rebelles | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Kadhafi refuse l'offre de
cessez-le feu des rebelles
©

Libye

Kadhafi refuse l'offre de cessez-le feu des rebelles

Le gouvernement libyen estime que leurs exigences sont inacceptables.

[Mis à jour le 02/03 à 15h30]

Une bavure de l'Otan a entraîné la mort de 9 combattants de l'opposition et de 4 civils lors d'un raid aérien dans la région de Brega. Les experts de l'organisation enquêtent actuellement sur cet accident.

[Mis à jour le 02/03 à 12h05]

Le gouvernement libyen a jugé inacceptables les termes du cessez-le-feu proposé par le Conseil national de transition. Les rebelles proposaient de faire taire les armes à condition que le colonel Kadhafi quitte le pays et que ses forces armées évacuent certaines villes reprises aux insurgés.

Ces derniers affirment samedi matin contrôler la ville de Brega, à l'est du pays. Les journalistes de l'AFP ne sont pas encore en mesure de confirmer l'information.

Selon un sondage à paraître dimanche dans Ouest France, environ deux-tiers des Français approuveraient l'intervention militaire en Libye. Un soutien qui reste inchangé par rapport à une enquête similaire effectuée le 23 mars.

[Le 1er avril]

Le chef du Conseil national de transition libyen a indiqué, depuis Benghazi, que les insurgés étaient prêts à accepter un cessez-le-feu à condition que les forces fidèles au colonel Kadhafi se retirent des villes qu'elles occupent. Il exige également la liberté d'expression et la possibilité de manifester pacifiquement. 

Moustafa Abdeldjeïl a aussi de nouveau réclamé des armes au cas où les combats ne cesseraient pas. Il exige toujours le départ de Mouammar Kadhafi et de sa famille en exil.

Le colonel Kadhafi aurait envoyé l'un de ses hommes de confiance négocier avec les officiels britanniques, affirme le journal The Guardian. Mohammed Ismail, l'un des conseillers les plus proches du fils du dictateur, aurait passé quelques jours à Londres, ce qui signifierait que le colonel est à la recherche d'une porte de sortie. Les fils du dictateur l'inciteraient à agir en ce sens.

Un des scénarios proposés par l'envoyé libyen, que The Guardian évoque sans pouvoir le confirmer, serait que Kadhafi abandonne le pouvoir et que le responsable de la sécurité libyenne, Mutassim, assure l'intérim à la tête d'un gouvernement d'union nationale que rejoindrait aussi l'opposition.

Le ministère des Affaires étrangères britanniques n'a pas souhaité faire de commentaires sur la teneur des entretiens avec l'envoyé libyen.

Lu sur le Guardian

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !