Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique

Injuste

Levée de l'immunité de Gilbert Collard : une députée LFI dénonce des conditions de vote "inadmissibles"

Le 27 septembre, le bureau de l'Assemblée nationale a levé l'immunité parlementaire de Gilbert Collard (FN). Tous les députés siégeant au bureau se sont prononcés pour, sauf Clémentine Autain (LFI). Dans les colonnes de Libération, elle explique son choix.

En décembre 2015, une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Nanterre pour "diffusion d'images violentes" visant Gilbert Collard et Marine Le Pen, qui avaient publié sur Twitter des photos montrant la barbarie de Daesh pour protester contre une interview du politologue Gilles Kepel sur BFMTV et RMC. Le 22 février dernier, le bureau de l'Assemblée avait refusé de lever l'immunité du député apparenté FN du Gard à ce sujet. Mais le 27 septembre, la nouvelle Assemblée, élue en juin et à majorité macroniste, en a décidé autrement. Cette décision n'a pourtant pas fait l'unanimité parmi les 22 élus qui composent la plus haute instance du palais Bourbon. En effet, l'Insoumise Clémentine Autain a voté contre. Interrogée dans Libération, elle explique son choix.

"Tout est bien organisé pour éviter un débat de fond"

Même si elle condamne le comportement de Gilbert Collard, elle dénonce des "conditions de vote inadmissibles". Selon elle, "une réunion de bureau a été convoquée de façon exceptionnelle". "Ce n'est que la veille au soir, à 19h44, que j'ai reçu un mail m'indiquant que nous allions étudier la levée de l'immunité de Gilbert Collard et qu'un dossier serait consultable sur place à 9h30 pour la réunion à… 10h", explique-t-elle. "Voyez comme tout est bien organisé pour éviter un débat de fond, le temps de la réflexion et de la concertation avec notre groupe!", fustige la députée de Seine-Saint-Denis. "Notre refus de voter cette levée n'est pas étranger à cette méthode qui s'installe à l'Assemblée, dans un climat où le pouvoir du Parlement est chaque jour un peu plus piétiné", explique-t-elle.

"La séparation des pouvoirs est fondamentale pour protéger de l'arbitraire", estime Clémentine Autain, rappelant que "depuis 1958, seules 17 demandes de levée d'immunité sur 47 ont été acceptées par l'Assemblée nationale". "L'immunité parlementaire vise à protéger l'indépendance des parlementaires contre les ingérences possibles du pouvoir de l'État et de l'exécutif", déclare-t-elle, estimant qu'un "aménagement de l'immunité peut tout à fait se discuter", pour tenter de limiter les abus de certains élus. "Mais pas en catimini à l'occasion d'un bureau de l'Assemblée nationale, au détour d'un cas qui peut fédérer parce qu'il s'agit du FN". "Pour notre part, nous faisons le pari de l'intelligence et de la cohérence. Notre projet est à des années-lumière du racisme, du repli identitaire et de l'autoritarisme du Front national", ajoute Clémentine Autain pour montrer que sa position ne signifie pas un rapprochement entre le FN et La France insoumise.  

Lu sur Le Figaro
Commentaires
Nos articles sont fermés aux commentaires.