Les ventes de tabac en hausse de 30%... à cause des frontaliers qui ne peuvent plus se fournir à l'étranger | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Les ventes de tabac en hausse de 30%... à cause des frontaliers qui ne peuvent plus se fournir à l'étranger
©CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Coincés en France

Les ventes de tabac en hausse de 30%... à cause des frontaliers qui ne peuvent plus se fournir à l'étranger

Ils expriment leur mécontentement au moment de payer les tarifs français, note Le Parisien.

Pendant le confinement, les ventes de tabac explosent en France... mais pas pour les raisons auxquelles on pourrait penser de prime abord. En effet, la hausse est principalement présente dans les départements frontaliers. C'est-à-dire ceux dont les habitants ont l'habitude de traverser la frontière pour aller s'approvisionner en Espagne, en Italie, en Belgique ou à Andorre, où les taxes - qui représentent 82% du prix d'un paquet de cigarettes - sont moins élevées.

La Confédération nationale des buralistes observe une hausse globale des ventes de 30%, indique son président dans Le Parisien de ce vendredi 3 avril. "Nous avons retrouvé les clients perdus, insiste Philippe Coy, président de la Confédération nationale des buralistes. Dans certains départements transfrontaliers, les adhérents de notre réseau font remonter les chiffres de la consommation de tabac multipliés par trois, pour certains par dix !" Il arrive même que les clients qui doivent payer environ 10 euros pour un paquet qu'ils se procurent habituellement jusqu'à deux fois moins cher sortent de leurs gonds...

Les départements frontaliers ne sont pas les seuls concernés. La confédération a aussi vu une hausse dans les zones riches en résidences secondaires. Par exemple, dans "le département de l'Yonne, qui a vu toutes ses résidences secondaires s'ouvrir, relève Philippe Coy, et d'une façon générale tout le long de l'arc Atlantique".

Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !