Les Restos du coeur lancent mardi leur campagne hivernale | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Les Restos du coeur lancent mardi leur campagne hivernale
©Reuters

Triste nécessité

Les Restos du coeur lancent mardi leur campagne hivernale

L'association créée par Coluche va entamer sa 32e campagne d'aide.

La "petite idée" de Coluche est toujours là. Les Restos du coeur vont lancer mardi leur 32e campagne d'hiver, a annoncé l'association. Cette saison s'annonce particulièrement chargée : "En ce moment, on a beaucoup d'inscriptions. Nous allons sûrement atteindre les mêmes niveaux que l'an dernier avec près de 930.000 personnes accueillies en hiver", a expliqué à l'AFP le président de l'association, Patrice Blanc. 

Au total, plus de deux milliards de repas ont été servis depuis les débuts de l'association, dont 132,5 millions l'hiver dernier. Les bénéficiaires ont des profils variés : mères célibataires, étrangers sans ressources, étudiants sans le sou, retraités... "L'accueil est inconditionnel, nous ne portons aucun jugement sur les personnes qui frappent à notre porte. On les accueille comme elles sont et on ne leur demande pas de payer quoi que ce soit", indique le président de l'association. Les bénéficiaires doivent néanmoins justifier de leurs ressources.

Pour aider les démunis, l'association compte sur la solidarité des entreprises et des particuliers. L'an dernier, les dons des entreprises et des producteurs agricoles et la collecte nationale ont permis de récolter 43.000 tonnes de denrées, soit 40% des volumes distribués. Le montant des dons a, lui, atteint 81,3 millions d'euros en 2015, ce qui représente la moitié des ressources des Restos. Les Enfoirés rapportent quant à eux 11% du budget de l'association.

Lu dans Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !