Les réactions politiques au règlement de comptes de Martine Aubry contre François Hollande | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Les réactions politiques au règlement de comptes de Martine Aubry contre François Hollande
©Reuters

Eparpillé façon puzzle

Les réactions politiques au règlement de comptes de Martine Aubry contre François Hollande

"Le suicide programmé de la gauche"

Martine Aubry a publié une tribune assassine contre la politique du gouvernement ; le même jour, elle a persisté et signé devant les caméras. La sortie du silence que s'est imposée la maire de Lille depuis 2012 est évidemment un séïsme politique. Petit panorama des réactions. 

Au gouvernement, évidemment, on essaye de minimiser l'événement. Michel Sapin, ministre des Finances, s'est plaint que Martine Aubry fait partie de ceux qui « savent très bien quelles sont les difficultés de l’exercice d’un quinquennat ». Pour lui, cette tribune n’est « pas de l’argumentation politique ». Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement, a renchéri, qualifiant la tribune de « faute politique », dénonçant le fait « de s’en pendre à ce point, avec autant d’outrance, au gouvernement, à la majorité à laquelle nous appartenons tous ».

Et à droite, tout aussi prévisible : on s'en donne à coeur joie. Roger Karoutchi s'est fendu d'une série de tweets assassins :  « Aubry exécute la politique de Hollande et Valls qui abîme la France… qui va encore quatorze mois supporter le spectacle de cette gauche explosée ? », et  « Le suicide programmé à gauche donne une responsabilité historique aux dirigeants droite/centre pour réussir la primaire et ne pas décevoir.. » Jean-Pierre Raffarin a quant à lui ironisé sur le fait que « la gauche déstabilise la gauche »

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !