Les privilèges des anciens présidents coûtent aux Français 10,3 millions d'euros par an | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Les privilèges des anciens présidents coûtent aux Français 10,3 millions d'euros par an
©Reuters

Pas donné

Les privilèges des anciens présidents coûtent aux Français 10,3 millions d'euros par an

Un rapport de la Cour des comptes et du Conseil d'État, remis en 2014 à François Hollande, a été dévoilé par Mediapart. Il propose plusieurs pistes pour réduire la voilure.

Le sujet revient régulièrement sur le devant de la scène. Selon un rapport de la Cour des comptes et du Conseil d'État révélé ce mardi par Médiapart, les anciens présidents de la République couterait la bagatelle de 10,3 millions d'euros par an. Cette somme comprend les appartements de fonction meublés, les voitures avec deux chauffeurs, les sept collaborateurs, les deux personnels de maison, les lignes de téléphone, les billets de trains et d'avions gratuits, les gardes du corps. Par ailleurs, les anciens de l’Élysée touchent également une dotation annuelle de 65 000 euros, sans compter les 14 400 euros mensuels pour ceux qui siègent au Conseil constitutionnel.

Le rapport avait été remis à François Hollande dans le plus grand secret en 2014, à la demande même du chef de l’État. Les sages de la Cour des comptes recommandent une réduction des dépenses, dans "un triple souci de modernisation, de transparence et de maîtrise de la dépense publique". Parmi les pistes évoquées, la possibilité de rendre certains avantages dégressifs, car « les besoins liés à la fonction sont moindres au fur et à mesure que l'on s'éloigne de la fin du mandat » et la suppression des privilèges prévus pour les veuves. Le texte soulignerait que le dispositif de soutien matériel dont bénéficient les anciens présidents français se situerait à un niveau plus élevé que ceux qui existent à l'étranger.

Ce système d’avantages est contesté par l'association Anticor, qui a saisi le Conseil d'État, dont la décision est attendue d'ici deux à trois semaines. Si le Conseil tranchait en faveur d’Anticor, l'Élysée pourrait bien alors utiliser ce rapport et ses propositions.

Lu sur Franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !