Les étudiants de Marion Maréchal choisissent comme parrain de promotion... un général antisémite | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Les étudiants de Marion Maréchal choisissent comme parrain de promotion... un général antisémite
©Reuters

Issep

Les étudiants de Marion Maréchal choisissent comme parrain de promotion... un général antisémite

Georges Loustaunau-Lacau, ex porte-plume du maréchal Pétain était un général héros des deux guerres mondiales notoirement antisémite.

Les étudiants de la nouvelle école de l'ancienne députée FN Marion Maréchal ont choisi comme parrain de promotion un général héros des deux guerres mondiales, porte-plume de Pétain, connu pour son antisémitisme. En 1938 , il écrivit un article dans lequel il comparait les Juifs à un « cancer ».
L'école Saint-Cyr avait aussi fait ce choix avant de rétropédaler et de débaptser la promotion dont l'homme était le parrain.  
Justifiant ce choix, les élèves en « magistère 1 » de l'Issep ont publié une tribune expliquant que «  La flamme de la Résistance ne pouvant s'éteindre, pour l'honneur de ce général et de tous les résistants de 1940, la première promotion de l'Institut de sciences sociales, économiques, et politiques (Issep) a [...] décidé de reprendre Loustaunau-Lacau pour parrain". 
Face au choix de l'armée, les étudiants dénoncent une décision qui « jette l'opprobre sur une des plus hautes figures de la Résistance française et la condamne  l'oubli ».
Sur les accusations d'antisémitisme, les élèves de l'Issep estiment que : « L'acte d'accusation est une lettre à l'authenticité douteuse, exhumée, paraît-il, des archives de l'armée allemande et dont l'exploitation s'est affranchie de tout contexte » et, qu'en 1940, d'anciens militaires « intoxiquaient les Allemands » et que le général Loustaunau-Lacau s'était distancié de « l'antijudaïsme » des années 30.

Lu sur l'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !