Les défaillances de sécurité sont au cœur des réactions politiques ce vendredi 22 juillet 2016 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les défaillances de sécurité sont au cœur des réactions politiques ce vendredi 22 juillet 2016
©REUTERS/Jacky Naegelen

Polémique

Les défaillances de sécurité sont au cœur des réactions politiques ce vendredi 22 juillet 2016

Le 21 juillet, le journal Libération a accusé Bernard Cazeneuve d'avoir menti sur le dispositif de sécurité. Ce vendredi, la classe politique se mobilise autour de cette question polémique.

Excédé par les critiques visant le gouvernement depuis l'attentat de Nice, Jean-Marie Le Guen, le secrétaire d'État aux relations avec le Parlement s'est livré à un plaidoyer pour l'État de droit sur l'antenne de RTL, ce vendredi 22 juillet. "Arrêtons ce jeu délétère !", a – t – il demandé. 

Failles de sécurité à Nice : "Arrêtons ce jeu...par rtl-fr

Geoffroy Didier, candidat à la primaire de la droite et vice – président de la Région Ile – de – France, était l'invité de la matinale d’I-Télé ce vendredi 22 juillet. Il a voulu s'inscrire en dehors des polémiques liées à l'attentat de Nice, et a fait le point sur sa candidature. "Il faut mettre la priorité sur l'Etat régalien", a- t- il déclaré. 

Geoffroy Didier: "Il faut mettre la priorité...par ITELE

Gilbert Collard, député RBM du Gard et secrétaire général du Rassemblement Bleu Marine, a analysé la question de la sécurité nationale. "Il nous manque des instruments de renseignement de proximité", a – t – il souligné au micro de France Info

Gilbert Collard : "Il nous manque des...par FranceInfo

Pour Jean-François Copé, député-maire et candidat à la primaire Les Républicains, « L’Etat s’est retiré des questions de sécurité et de justice.». Invité sur Europe 1 ce matin, il propose de "réarmer la France", un programme qui s'accompagne d'une vision régalienne de l’État, dépouillé de ses fonctions sociales. 

Copé : "il faut réarmer la France"par Europe1fr

L’élu PS du conseil régional d’Île-de-France, Julien Dray, invité ce vendredi d’Apolline de Malherbe sur BFMTV et RMC, a estimé que la France était le pays le plus ciblé par le terrorisme “parce que c’est un modèle dans lequel est en train de naître un islam libre”. Il a également alerté sur le danger de tomber dans l’état d’exception. “A chaque fois qu’on a basculé dans l’état d’exception, la victime devient bourreau et c’est comme ça qu’on fabrique les pires terroristes”, a déclaré Julien Dray.

Julien Dray: La France est ciblée “parce que c...par BFMTV

Sur le plan international

Le jeudi 21 juillet, le milliardaire Donald Trump a prononcé un discours dans lequel il avait accepté l’investiture du Parti républicain pour l’élection présidentielle du 8 novembre. Il a promis à l'Amérique "le retour à la sécurité", appelant les électeurs à le propulser vers la Maison Blanche en rejetant les politiques du passé de sa rivale Hillary Clinton.

Donald Trump promet à l'Amérique ordre et sécuritépar 20Minutes

Découvrez également les (étranges) justifications de Hakki Akil, ambassadeur de Turquie en France, sur la purge des enseignants : «Ces gens-là font partie de cette structure parallèle au sein de l’Etat, comme je l’ai souligné. Comme dans l’armée il y avait des généraux qui ont fomenté ce coup d’Etat, il y a également des hommes de l’imam Gülen dans l’appareil judiciaire, au sein de la police et, surtout, au ministère de l’Education.» Pour le reste, le diplomate semble estimer que les 30 000 fonctionnaires (soit «10%, à peu près») concernés par cette purge ne représentent qu’une part négligeable du ministère de l’Education. Et, ajoute-t-il, «de toute façon, ils n’ont pas été arrêtés, ils ont été démis de leurs fonctions». Rien de grave donc, étant entendu qu’ils «ont toujours le droit d’aller en justice et de pouvoir retourner à leur travail s’ils n’appartiennent pas à ce mouvement».

Les (étranges) justifications de l’ambassadeur...par libezap

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !