Législatives 2017 : le PS approuve un accord sur la plateforme programmatique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Législatives 2017 : le PS approuve un accord sur la plateforme programmatique
©Reuters

Tant bien que mal

Législatives 2017 : le PS approuve un accord sur la plateforme programmatique

Le premier secrétaire du PS présente mardi soir le texte aux candidats aux législatives réunis à la Mutualité.

Le bureau national du PS a approuvé aujourd'hui la plateforme programmatique pour ses candidats aux législatives.

Abandonnant nombre des propositions du candidat socialiste Benoît Hamon pendant la présidentielle (sortie du diesel, sortie du nucléaire...), il fixe aussi un certain nombre de lignes rouges par rapport au programme du président élu (refus de la réforme du code du travail par ordonnances, refus de la suppression de l'Impôt sur la fortune hors patrimoine immobilier...). Le premier secrétaire du PS présente en ce moment le texte aux candidats aux législatives réunis à la Mutualité.

Déjà abasourdi par le score très faible de son candidat à la présidentielle, les élections qui approchent pourraient bien signer sa fin, avec Manuel Valls dans le rôle du fossoyeur. Après avoir soutenu Emmanuel Macron, l'ancien Premier ministre affirme désormais vouloir concourir sous la bannière de la majorité présidentielle. "Ce Parti socialiste est mort, il est derrière nous" a-t-il déclaré sur RTL. Même discours pour le vallsiste Didier Guillaume, patron des sénateurs PS. "Le Parti socialiste est mort (...) quand on fait 5% ou 6% à l'élection présidentielle, le Parti socialiste, il y a eu un acte de décès" juge-t-il sur Cnews.

Pour autant, le PS n'a pas dit son dernier mot et plusieurs élus ont protesté contre ce ralliement. A commencer par le sénateur Luc Carvounas, pourtant proche de l'ancien Premier ministre.

Je suis progressiste réformiste mais aussi socialiste attaché à son Parti et ses valeurs. Non @manuelvalls je ne te suivrais pas cette fois

"C'est trop simple, quand on quitte une formation, de dire qu'elle est morte pour s'essuyer les pieds dessus" critique, de son côté, Olivier Faure sur LCP. Sur Twitter, le député Alexis Bachelay et l'ex-frondeur Christian Paul ne se montrent pas tendres.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !