Législatives : les responsables des Républicains veulent "faire bloc" jusqu'au second tour | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Législatives : les responsables des Républicains veulent "faire bloc" jusqu'au second tour
©Reuters

Tenir bon

Législatives : les responsables des Républicains veulent "faire bloc" jusqu'au second tour

"Il faut éviter d'avoir une Assemblée monolithique (…) nous sommes sur un chemin de crête avec deux versants nord", a déclaré François Baroin, chef de file LR pour les législatives, lors du bureau politique du parti.

À l'issue du bureau politique des Républicains (LR), réuni ce lundi, les responsables du parti ont déclaré vouloir "faire bloc" jusqu'au dimanche 18 juin pour obtenir le plus de sièges possibles à l'Assemblée, espérant au maximum 110 députés et renvoyant à "après les législatives" leur débat sur la ligne à adopter face à la nouvelle majorité.

"Il faut éviter d'avoir une Assemblée monolithique (…) nous sommes sur un chemin de crête avec deux versants nord", a déclaré François Baroin, chef de file LR pour les législatives, lors de ce bureau politique auquel ont participé plus une cinquantaine de membres du parti. François Baroin devait aller lundi après-midi soutenir Constance Le Grip, en ballottage défavorable dans les Hauts-de-Seine.

>>>> À lire aussi : 1945, 1958... 2017 : Emmanuel Macron saura-t-il vraiment profiter de "l’alignement historique des planètes” pour lancer le Big Bang dont le pays a besoin ?

Parmi participants de ce bureau politique, se trouvaient Bernard Accoyer, secrétaire général du parti, Christian Jacob, Bruno Retailleau, Xavier Bertrand, Jean-François Copé, Luc Chatel, Renaud Muselier, Jean-Pierre Raffarin, Jean Leonetti, Florence Portelli, Nadine Morano ou Rachida Dati. Quant au absents figuraient notamment le vice-président de LR Laurent Wauquiez, Thierry Solère, en ballottage favorable dans les Hauts-de-Seine ou encore Nathalie Kosciusko-Morizet, en ballottage défavorable à Paris.

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !