Législatives : le candidat En Marche ! de Neuilly-sur-Seine a un compte non déclaré à Hong Kong | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Législatives : le candidat En Marche ! de Neuilly-sur-Seine a un compte non déclaré à Hong Kong
©Capture d'écran Youtube

Embarrassant

Législatives : le candidat En Marche ! de Neuilly-sur-Seine a un compte non déclaré à Hong Kong

Laurent Zameczkowski est arrivé en tête dans sa circonscription avec 39,47 % des suffrages.

À trois jours du second tour des élections législatives, le site de l'hebdomadaire Le Point publie ce jeudi des informations plutôt inopportunes pour le candidat de La République En Marche (LREM) à Neuilly-sur-Seine, Laurent Zameczkowski. Cet homme de 46 ans est arrivé en tête au premier tour dans sa circonscription avec 39,47 % des suffrages. 

"Pris dans la tourmente d'un divorce étalé sur la place publique, le néophyte fait l'objet de plusieurs mises en cause pour violences conjugales et mise en danger de la vie d'autrui sur l'actuel compagnon de sa future ex-épouse", rapporte tout d'abord Le Point.

>>>> À lire aussi : Le best-of des pires prestations des candidats En Marche ! aux législatives

Quant à l'activité professionnelle de Laurent Zameczkowski, le site de l'hebdomadaire révèle qu'il dirige la société France-Films, une PME dont les comptes ne seraient pas publiés au registre du commerce. 

Cité par Le Point, le candidat admet avoir ouvert un compte en banque à Hong Kong "pour conquérir le marché chinois", dit-il.

"C'est un compte professionnel, et non personnel (…) C'est difficile, le marché du film. Je galère (…) Je n'ai pas encore rempli ma déclaration d'impôt. Je ne l'ai ouvert que très récemment", s'est-il également justifié auprès de nos confrères.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !