Le sommet international sur l'édition du génome humain s'est ouvert à Washington | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Cette réunion est organisée par l'Académie américaine des sciences.
Cette réunion est organisée par l'Académie américaine des sciences.
©REUTERS/Ho New

Génétique

Le sommet international sur l'édition du génome humain s'est ouvert à Washington

Les techniques d'édition du génome, permettant de modifier de façon précise l'ADN, suscitent de grands espoirs mais aussi de l'inquiétude chez une partie de la communauté scientifique.

Depuis le mardi 1er décembre,  des chercheurs du monde entier travaillent en groupe sur la manière d'encadrer l'édition du génome humain, une technologie nouvelle qui permet de modifier l'héritage génétique des futures générations. Pour sa première édition, cette conférence internationale entend approfondir les réflexions sur ces recherches révolutionnaires et leurs implications médicales et éthiques. 

>>>> À lire aussi : Et maintenant, l’édition génétique… : bientôt des copier-coller sur notre ADN, CTRL+X pour les maladies, CTRL+V pour le talent

>>>> À lire aussi : Bébé à trois parents génétiques : cette manipulation sur l’embryon qui pose autant de questions médicales qu’éthiques

>>>> À lire aussi : Modification génétique d’un embryon humain en Chine : bienvenue dans ce monde où l’Occident a perdu le monopole de la science de pointe (et des choix éthiques...)

Cette réunion est organisée par l'Académie américaine des sciences, qui vient de commencer une étude sur ce nouveau domaine scientifique, dans l'optique de publier un rapport d'ici à l'année prochaine. D'autres groupes tels que les Académies des sciences chinoise et britannique participent aux travaux et réflexions de cette conférence. Les techniques d'"édition" du génome, permettant de modifier de façon précise l'ADN, suscitent de grands espoirs mais aussi de l'inquiétude chez une partie de la communauté scientifique. Celle-ci préconise la prudence dans leur application sur les cellules reproductrices et les embryons humains.

"Cette nouvelle technologie d'édition génétique, qui permet sélectivement d'insérer ou de retirer des gènes de l'ADN d'un organisme, se propage dans le monde", a expliqué Ralph Cicerone, président de l'Académie américaine des sciences. Avec la multiplication des expériences, les applications et risques de cette technologie doivent être évalués sans attendre, a-t-il estimé. Développée en 2012, cette technique particulière, appelée CRISPR-Cas9, plus efficace que les autres pour corriger des défauts de l'ADN de plantes et d'animaux, rend ces modifications permanentes dans l'héritage génétique. 

Lu sur AFP

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !