Le secteur aérien plombé par la crise européenne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le secteur aérien plombé par la crise européenne
©

Chute libre

Le secteur aérien plombé par la crise européenne

Selon l'Association internationale des transports aériens, qui a revu ses estimations pour 2012, les bénéfices des compagnies aériennes vont baisser de 62 % cette année.

Les compagnies aériennes devraient enregistrer cette année un bénéfice en net déclin, à 2,4 milliards d'euros, soit une chute de 62% par rapport à l'an passé. C'est ce qu'a annoncé l'Association internationale des transports aériens (IATA) qui, si elle a maintenu les estimations formulées en mars au niveau mondial, a revu largement à la hausse son estimation des pertes attendues pour les compagnies européennes : 1,1 milliard de dollars contre 600 millions de dollars initialement.

En cause : la crise des dettes souveraines en Europe et le prix élevé du pétrole. La taxe carbone européenne sur les émissions des compagnies aériennes a également été mise en cause par Tony Tyler, le patron de l'IATA, qui y voit "un obstacle qui crée la division et empêche tout progrès réel".

La mauvaise santé du secteur aérien, quoique générale, est donc à tempérer en fonction des régions concernées.

"Bien que les transporteurs soient tous confrontés aux prix élevés du carburant et aux incertitudes économiques, la photo région par région est contrastée, estime Tony Tyler. Les compagnies en Amérique (du Nord et latine, ndlr) voient leurs perspectives s'améliorer en 2012. Le reste du monde voit une profitablité réduite. Quant aux compagnies européennes, l'environnement d'affaire se dégrade rapidement, ce qui entraîne des pertes importantes." Le directeur de l'IATA juge que la situation en Europe constitue "le risque le plus grand" pesant sur l'ensemble du secteur.

L'Asie-Pacifique avec 2 milliards de dollars et l'Amérique du Nord avec 1,4 milliard devraient être les deux régions contribuant le plus aux bénéfices du secteur cette année.

 

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !