Le Royaume-Uni quitte le programme Erasmus | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Education
Le Royaume-Uni quitte le programme Erasmus
©Justin TALLIS / AFP

Mobilité des étudiants

Le Royaume-Uni quitte le programme Erasmus

Le Premier ministre Boris Johnson a déclaré que le programme coûtait "extrêmement cher" au Royaume-Uni.

Pour les 150.000 étudiants européens présents dans les universités britanniques, c'est un coup de massue... qui risque de leur coûter cher. Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a en effet annoncé ce jeudi 24 décembre que le Royaume-Uni va quitter le programme européen d'échanges pour les étudiants Erasmus, suite à l'accord post-Brexit signé à l'arraché jeudi.

S'il a expliqué que la décision a été "difficile" à prendre car accueillir les étudiants européens est une "chose merveilleuse", Boris Johnson a néanmoins dit que ce programme coûtait "extrêmement cher" au Royaume-Uni.

Le Premier ministre a annoncé le lancement d'un nouveau programme national pour permettre aux étudiants britanniques d'aller étudier dans les "meilleures universités" partout dans le monde et non seulement en Europe. Si les étudiants britanniques ne seront donc pas isolés, les universités britanniques le seront, elles, beaucoup plus. En effet, l'intérêt du programme Erasmus, auquel participe le Royaume-Uni depuis 1987, est que les étudiants paient les droits d'inscription dans leur université d'origine tout en partant étudier à l'étranger. Pour les étudiants de pays où les frais d'inscription sont faibles, comme la France, l'intérêt était donc grand d'en profiter. Désormais, pour étudier au Royaume-Uni, il leur en coûtera plus cher.

Le négociateur européen Michel Barnier a exprimé ses "regrets" que le Royaume-Uni quitte ce programme, symbole de la coopération européenne.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !