Le représentant du pape en France, Luigi Ventura, est visé par une enquête pour "agressions sexuelles" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Religion
Le représentant du pape en France, Luigi Ventura, est visé par une enquête pour "agressions sexuelles"
©REMY GABALDA / AFP

Nouveau scandale

Le représentant du pape en France, Luigi Ventura, est visé par une enquête pour "agressions sexuelles"

Mgr Luigi Ventura est dans la tourmente. Il est soupçonné d'attouchements sur un jeune cadre de la Mairie de Paris. Les faits se seraient déroulés au mois de janvier.

Mgr Luigi Ventura, âgé de 74 ans, est soupçonné d'attouchements. Il aurait agressé un jeune cadre de la Mairie de Paris. Cet homme d'Eglise est l'ambassadeur du Vatican auprès du gouvernement français. Il est visé par une enquête pour "agressions sexuelles" depuis le 24 janvier dernier. Cette révélation a été dévoilée ce vendredi par la rédaction du Monde.

Les faits remonteraient au 17 janvier dernier à l'occasion des vœux d'Anne Hidalgo aux autorités civiles, diplomatiques et religieuses dans le salon des arcades de l'Hôtel de Ville de Paris.

Mgr Luigi Ventura aurait profité de l'événement pour effectuer plusieurs attouchements sur un jeune cadre de la Mairie de Paris. Cette personne âgée de 26 ans travaille à la délégation générale aux relations internationales.

Selon des précisions du Parisien, la victime présumée aurait indiqué à sa hiérarchie avoir été agressée à deux reprises. Mgr Luigi Ventura lui aurait touché les fesses. Ces agressions se seraient déroulées à l'entrée de l'Hôtel de Ville et dans un second temps lorsque l'ecclésiastique lui posait des questions sur sa vie privée. Mgr Luigi Ventura est le représentant du Pape à Paris depuis 2009.  

Cette affaire intervient à quelques jours de la publication de Sodoma, l'enquête de Frédéric Martel sur le Vatican qui fait couler beaucoup d'encre. 

Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !